Benoît Poelvoorde comme un poisson dans l’eau dans l’univers déjanté de Quentin Dupieux.