"Publier dans des revues m’intéressait peu"

"Futile". Devenu docteur à l’EPL en 1999, Xavier Marichal est un des fondateurs d’Alterface (2001), société de Mont-Saint-Guibert spécialisée dans les jeux multimédia ou films interactifs pour parcs d’attraction (jeux de tirs, maison hantée ). Sa thèse d’ingénieur l’a aussi aidé à lancer son entreprise surtout en se rendant compte qu’il n’était pas fait pour la carrière académique ! C’est un second projet de recherche, européen et post-doctoral, qui l’a lancé vers l’entrepreneuriat. "Cela m’intéressait peu de publier dans des revues. Je voulais du concret, du pragmatique", se souvient-il. "Ma thèse portait sur la compression video. Il n’y a pas une ligne de cet algorithme qui se retrouve dans Alterface ! Mais cela m’a donné des contacts, permis de chercher, d’innover ." C’est en fait un séjour à la Silicon Valley, chez HP, qui lui confirme cette envie de créer sa boîte. L’UCL le rappelle avec pour mission de gérer des projets de recherche en partenariat avec l’industrie au sein d’un laboratoire de l’EPL. "Là, il faut se mettre à loucher, avec un œil sur la technologie (comment être innovant), et un œil sur le marché." Xavier Marichal s’intéressait à plusieurs secteurs dont la vidéosurveillance, "mais nous n’y voyions pas très clair sur ce que nous voulions faire". "Et là, la chance et le hasard des rencontres ont joué : j’ai rencontré un directeur de chez Casterman, on a discuté, et on s’est dit qu’on devrait adapter cette technologie de la vidéosurveillance à quelque chose de futile, de ludique." C’était en quelque sorte l’idée de départ d’Alterface, qui fournit à présent des parcs d’attractions un peu partout dans le monde.