Arts et Expos

Chaque année, Knokke attire un microcosme d'amateurs d'art aoûtiens, entendez surtout de fins collectionneurs branchés généralement sur les valeurs affirmées d'un marché qui ne cesse de prendre de l'ampleur. Raison pour laquelle la plupart des galeristes de la plage la plus huppée recherchent le haut de gamme et misent sur des expositions monographiques dont chacun peut profiter de la belle qualité.

Que cela n'empêche pas les curieux, chineurs et tous ceux qui sont toujours avides de côtoyer des oeuvres contemporaines de qualité de pousser la porte de quelques galeries proposant des ensembles. Chez Van Middelem par exemple, on appréciera notamment l'abstraction lyrique belge avec une très vigoureuse huile de Van Anderlecht, des Dotremont et autres. Chez Benoot, on remarquera les peintures optiques de Darion Perez-Florès, les abstractions construites, dont un Gilbert Decock et un petit diptyque de Francis Dusépulchre, en version plus lyrique, des Robert Brandy ou même une toile de Marc Renard. Enfin chez MDZ on pourra apprécier un salon dédié à Cobra.

Warhol

Quant à la galerie de Samuel Vanhoegaerden spécialisée dans les prints et oeuvres graphiques, elle a réuni un ensemble dédié au Pop'Art américain avec des Andy Warhol, Roy Lichtenstein, Tom Wesselmann et Robert Rauschenberg. On signalera aussi l'intervention in situ au White Out Studio, de Peter Downsbrough, selon son habitude, dans un langage minimal de brefs mots et de lignes sévères, visant à situer l'espace.

Chez Serge Maruani & Alain Noirhomme, les oeuvres de Sue Wiliams (1954), une Américaine de Chicago, risquent de surprendre le visiteur qui prendra la peine de fixer son regard sur les détails de peintures qui semblent au premier abord n'être que des réseaux linéaires ou formels, plus ou moins lâches, plus ou moins colorés. La figuration fort libre y est cependant d'une belle vigueur aux résonances franchement érotiques dans une élégante démarche lyrique qui justifie un titre comme «Our Bizarre Relationship», une huile de 2002.

Ils font partie des figures presque mythiques de l'art anglais, les auteurs de sculptures vivantes néanmoins plasticiens photographes qui n'en sont pas à une provocation scatologique ou autre près: Gilbert & George (1943 & 1942), champions des monochromes rouges ou jaunes habités de motifs divers, sont les invités d'André Simoens avec des oeuvres des années 80. De grandes compositions sages, sobres presque mais puissantes, portraits notamment, qui disent la force, la singularité d'une démarche qui attire le regard sur les rouages et dérapages de la société et la place de l'humain.

Daniel Spoerri

C'est une autre figure emblématique des années 60 qui est l'hôte de la galerie Sabine Wachters: Daniel Spoerri (°Roumanie 1930, vit en France), ce Nouveau Réaliste assembleur d'objets sous forme de tableaux-reliefs et auteur des célèbres tableaux-pièges ou «Eaten by» figeant dans la résine les tables d'agapes amicales ou mémorielles et dont un exemplaire est présent. Il montre, à l'exception d'une petite sculpture amusante et colorée, des séries relativement récentes dont celle dédiée au Cabinet Anatomique, inspirée par des planches médicales, associant un portrait à des objets. Son baroquisme désormais tempéré ne manque jamais de sagacité ni d'humour.

Patrick de Brock a choisi de jouer les révélateurs en montrant pour la première fois en Belgique les oeuvres du Londonien Mark Francis (1962). Ce peintre, qui a opté pour l'abstraction et la peinture à l'huile, décline des séries de tableaux réalisés avec une très belle maîtrise offrant aux interventions matiéristes, formelles et chromatiques toutes les vibrations capables d'insuffler la vie à une oeuvre. A la fois linéaires et cellulaires, les peintures évoquent des mondes microcosmiques et organiques ne révélant jamais leur réelle identité devenue en fait pleinement picturale.

A l'étage de sa nouvelle galerie, Guy Pieters expose des oeuvres d'un de nos artistes les plus toniques, Wim Delvoye dont on peut voir, selon une pratique maintenant bien ancrée, quelques peaux de porc tatouées ainsi que des réalisations se référant à des oeuvres plus anciennes, faux motifs peints à la manière des Delft bien connus, ou miniature d'un camion dont une version continue à poser problème à Bruxelles.

© La Libre Belgique 2006