Arts et Expos

Belle Biennale dart différente, généreuse, dans la ville universitaire, 70 artistes dans l’espace public.

Dans la prolifération des Biennales d’art dans le monde (en cours actuellement, il y a celles de Lyon, Istanbul, Lubumbashi), celle d’Ottignies-Louvain-la-Neuve est un petit Poucet avec sa subvention maigrichonne de 150000 euros, sa volonté d’être marginale et son rythme aléatoire (la précédente a eu lieu il y a 4 ans). Mais elle a l’art de proposer des concepts novateurs.

Cet automne, la Biennale est dirigée par l’artiste Angel Vergara (qui occupa le pavillon belge à Venise en 2011) et le critique d’art Joël Benzakin, elle se déploie sur l’espace public (le quartier du Biéreau et la place des sciences) et a invité plus de 70 artistes mais toujours avec très peu de moyens.

La Biennale se tient jusqu’au 10 décembre en proposant des images, installations, vidéos. L’accès est bien sûr gratuit et elle est au coeur d’une ville étudiante.

Intitulée « Oh! les beaux jours » comme la pièce de Beckett, et sous-titrée « pour une esthétique des moyens disponibles », elle se tient en parallèle avec l’ouverture en novembre du nouveau musée de LLN, le musée L.

La pauvreté des moyens n’empêche pas la qualité de l’événement grâce en particulier à la générosité des artistes. Daniel Buren a ainsi accepté d’y participer par amitié, il est venu à LLN et a fait refaire 1500 exemplaires chaque fois de ses célèbres affiches « historiques » avec des bandes orange, bleu, vert ou rouge. Il les avait placardées de manière sauvage dans les rues de Paris en 1968. Cinquante ans plus tard, des étudiants en art refont le même geste à LLN en placardant partout les mêmes affiches, sans autorisation.

© DR

Ann Veronica Janssens montre une vidéo et a fait distribuer un pochoir à des étudiants pour inscrire sur les murs cette belle phrase « anarchiste »: « L’odrre n’a pas d’ipmrotncae » qu’on peut lire très bien malgré le bouleversement des lettres. AVJ pourrait aussi (rien n’est fait) être la première artiste de l’expo temporaire du musée L après le récent désistement de Barthélémy Toguo.

© DR

Ombres d’arbres absents

Sophie Whettnall a dessiné les ombres noires de grands arbres sur la place et les murs, ombres d’arbres inexistants à LLN. Luc Tuymans a envoyé une grande photo. Le dernier film de David Claerbout est projeté à certaines heures sur la place des Sciences: il a rendu les animaux du Livre de la Jungle de Disney à la vie sauvage et enlevé tous les humains. Michel François a installé dans les serres de la Faculté des Bioingénieurs des fausses plantes géantes qui dansent le rock sous une musique assourdissante.

© DR

A côté d’une pyramide de chewing-gums et d’une sculpture faite à l’aveugle, une énorme photo un peu ironique interpelle, avec le Roi Philippe, une oeuvre de Saâdane Atif. Plus loin, Kendell Geers, Michel Mouffe, Meschec Gaba, etc.

© DR

Tous ont répondu présents quand les commissaires leur ont dit qu’ils n’avaient a priori pas de moyens pour les payer mais qu’ils fassent des propositions et on verrait si on peut trouver des partenariats, y compris avec l’université.

Le parcours est resserré, permet de mieux découvrir un coin de la ville. Aucune explication directe n’est installée mais un plan précis est disponible pour tous, il y a aussi des médiations, une application sur smartphone, des workshops, des interactions avec certains professeurs.

« Nous avons voulu montrer qu’on peut encore faire des choses passionnantes quasi sans moyens, grâce à la générosité des artistes. La Biennale est gratuite et nous invitons aussi des artistes qui sont en dehors du circuit habituel des galeries. Si l’art est un luxe, il ne doit pas être un produit de luxe pour les marchands de luxe. Il s’agit de sinterroger sur les limites de la société et de lart, et de retrouver le geste dun art offert à tous ».

L’exposition sera évolutive pendant les deux mois. On verra comment elle résistera aux éventuelles dégradations. Les 21-10 et 30-11 seront des journées de performances dans la ville.


---> Biennale de LLN jusqu’au 10 décembre. Départ à la place des Sciences. Renseignements et horaires des vidéos sur www.biennale9.be