Arts et Expos

Les étonnantes tables d’Ado Chale et son mobilier romantico-baroque sont à l’honneur à Bozar.

C’est une belle petite exposition qui s’ouvre pour un mois à Bozar, consacrée à Ado Chale, 89 ans, figure emblématique d’un certain design luxueux et prestigieux des années 60 et 70. Une seule salle pour cette expo mais remplie de 36 meubles uniques, plus « chatoyants » les uns que les autres, disposés le long des murs par le scénographe Richard Venlet.

Ado Chale, ferronnier de formation, designer autodidacte, a toujours été passionné par les minéraux. Sa femme Huguette Schaal était gemmologue. Toute sa vie il en a cherché, acheté et récolté au Pas-de-Calais, dans de grands voyages (surtout en Arizona) ou en chinant dans les marchés. Et comme un artisan ou un alchimiste, il les incorporait dans des tables ou des mobiliers spectaculaires.

Leur forme est simple et quasi organique: comme des gouttes d’eau ou des sphères, toujours en rondeurs. Les minéraux brillent eux de tous leurs feux: hématite, jade, or, onyx noir, agate, turquoise, lapis lazuli, jaspe rouge, etc. Des pierres qu’il assemblait comme pour une mosaïque, les liant avec une résine noire qui durcissait. Il polissait alors le tout au diamant.

Il utilisait aussi des matériaux bien plus simples pour la table comme pour les supports: bronze, acier, aluminium, mais aussi de l’os finement découpé.

Ses grandes tables épaisses illuminent la salle. Au milieu, une table basse est simplement recouverte de pierres jaunes qu’on peut prendre en mains, un meuble noir est en forme de gouttes assemblées pour y ranger ses oeufs d’autruche, une grande sphère est composée uniquement de morceaux de jade.

Ado Chale était fascinée par la grande frise de Klimt qu’il avait vue au Palais Stoclet.

Culot et Jacqmain

Ado Chale, de son vrai nom Adolphe Pelsener est né à Molenbeek en 1928. Largement autodidacte, il crée ses meubles si typiques dès les années 1960 et les vend dans la galerie ouverte par son épouse. La façade du magasin avait été créée par le céramiste Pierre Culot, le décor conçu par l’architecte André Jacqmain avec qui Ado Chale collabora souvent. Ses meubles côtoyaient alors les sculptures d’Olivier Strebelle, Jacques Moeschal ou Vic Gentils.

On dit que Baudouin et Fabiola fréquentaient leur galerie et achetèrent une table pour l’offrir au président Pompidou. Le mobilier Chale se retrouva chez les Grand-Ducs du Luxembourg ou à l’hôtel Hilton à l’avenue Louise. L’architecte Henri Montois commanda à Chale pour l’hôtel, 25 tables basses incrustés de marcassite.

L’exposition a été conçue par sa fille, Ilona Chale.

Après celle consacrée à Jules Wabbes, cette expo montre la volonté de Bozar d’explorer ces « industries créatives », qui touchent autant à l’art qu’à l’artisanat, au design et aux arts décoratifs.


Ado Chale, à Bozar à Bruxelles, jusqu'au 24 septembre, entrée libre