Arts et Expos

Vendredi, la Fédération Wallonie-Bruxelles ("LLB" 13 et 14/1) a annoncé que 50 cinémas, festivals ou distributeurs de films seront soutenus pendant deux à quatre ans, pour un montant total de 3,37 millions. Le choix des heureux élus relève de la Commission d’aide aux opérateurs audiovisuels (COA) qui, sur les 60 demandes d’aide introduites, a sélectionné 50 projets.

Les cinémas Actor’s Studio, Nova et Galeries voient leur aide réduite, suscitant incompréhension et sentiment d’injustice. La ministre de la Culture Alda Greoli (CDH) a rappelé lundi que "la COA travaille avec un échéancier commun, ce qui permet d’émettre un avis au même moment sur tous les dossiers aidés dans un créneau et donc de comparer les activités et équilibrer les montants d’aide". Par conséquent, "à enveloppe fermée, ces rééquilibrages signifient forcément des diminutions de subsides pour certains et des augmentations proportionnées pour les autres".

Dans le cas du Nova, la ministre rappelle que son montant d’aide était de 34 619 € en 2012 et ensuite de 90 000 € dans le cadre d’un contrat-programme. "La COA précise que, depuis 2013, deux nouveaux cinémas (Caméo à Namur et Aventure à Bruxelles ont bénéficié d’un subside, et que Le Parc à Charleroi est passé d’un écran unique à 5 écrans avec l’ouverture du Quai 10", relaie la ministre.

Quant aux 110 000 € octroyés au futur cinéma Palace à Bruxelles, Mme Greoli justifie ce montant par la nécessité de "rester cohérent". "La Communauté française a déjà massivement investi pour rénover ce bâtiment […] Aujourd’hui, il faut tout mettre en œuvre pour que cette institution accueille de nouveau des spectateurs."

Tribune du cinéma Galeries : "Les assistés du cinéma"

"Madame la ministre la Culture n’aime pas les assistés, elle le disait il y a peu de temps dans une interview pas très à gauche pour une membre du MOC et des Mutualités, justifiant par là son amour soudain pour le MR…

Il y a pourtant des assistés de première ligne en cinéma qu’elle semble aimer au-delà même des enveloppes fermées pour l’aide aux exploitants du cinéma.

Soutenir le cinéma d’Art et Essai en Wallonie et à Bruxelles est un vrai pari. Il reste 10 opérateurs dans toute notre chère Communauté française. L’aide (l’enveloppe « fermée » est de 1.025.000 euros) de 1.010.000 a été octroyé. Misère ! Voyons la France, voyons Paris ! Que de cinémas, que de films diffusés, que d’exceptions culturelles soutenues de façon réussie !

La Commission, dont on peut saluer le travail a estimé devoir aider 10 cinémas et pas la 11e demande, celle du Palace au centre de Bruxelles dont on attend l’ouverture depuis plus de dix ans ! Que d’argent public déjà injecté (16 millions d’euros?!) dans ce temple toujours fermé dont très récemment on nous annonçait l’ouverture en décembre, puis en janvier ; et maintenant on parle de février, ou pourquoi pas à Pâques… ?

Ce cinéma est pourtant le seul cinéma qui ne paye pas de loyer, pas d’investissement, pas d’amortissement, dont tout le fonctionnement est payé par un pouvoir public quand TOUS les autres cinémas relèvent du secteur privé subventionné pour une légère part. Rappelons les investissements privés superbes des Grignoux à Liège ou la rénovation de notre cinéma Galeries après la faillite de l’ancien exploitant, par exemple.

Prenons l’avis bien positif de la Commission pour Galeries : « Le cinéma Galeries est un lieu emblématique dans le paysage culturel bruxellois. Sa programmation et les activités particulières qui y sont organisées témoignent d’une réelle spécificité par rapport aux autres cinémas d’art et essai de la capitale ». Génial, non. Donc : moins 15000 euros de subsides ! Eh oui…

L’avis de la Commission sur le Palace, le « futur » nouveau venu ? « Malgré le potentiel du projet pour le développement et la promotion du cinéma en Fédération Wallonie Bruxelles, les faiblesses du dossier suscitent cependant la réserve des membres. Ces derniers se disent surpris par le peu d’informations contenues dans le dossier quant aux aspects culturels et éditoriaux d’un projet aussi attendu, à la veille de l’ouverture annoncée, et porté par des acteurs importants du secteur. Les membres s’interrogent plus précisément sur la programmation qui demeure un élément déterminant pour mieux comprendre la ligne éditoriale. En conclusion, la faiblesse des éléments constitutifs du dossier ne permettent pas aux membres de valider la qualité du projet ». Et donc : refus de subvention. Procédure normale.

Vous avez dit normal, comme c’est bizarre … La ministre trouve tout à coup 110.000 euros d’une enveloppe inconnue pour ce cinéma sans programmation, sans reconnaissance de qualité par la Commission, malgré l’enveloppe annoncée comme fermée ! Pas mal comme déséquilibre. Pour 10 mois au maximum (si le cinéma s’ouvre fin février…) il y a là une enveloppe que presque tous les autres cinémas qui ont fait leurs preuves, du Nova, au Caméo, à l’Aventure, à l’Actor’s Studio ou à Galeries mériteraient bien… .

L’argument avancé serait qu’il y a déjà eu tellement d’argent injecté dans ce projet qu’il faut bien en mettre encore un peu pour qu’il ouvre… On croit rêver !

C’est tout simplement incompréhensible, inacceptable et en rupture totale avec le fonctionnement de l’aide aux cinémas, acteurs privés, qui se voient traités de façon inéquitable!

Nous sommes très enthousiastes à ce que ces nouveaux écrans puissent exister à Bruxelles ou ailleurs, mais dans le respect de la diversité de nos écrans et d’une saine concurrence, nous ne pouvons pas laisser passer ce dossier sans avoir des réponses claires et convaincantes."

Henri de Gerlache – Président du CA de Galeries cinéma

Henri Simons – vice-président du CA de Galeries cinéma

Frédéric Cornet – directeur de Galeries cinéma