Arts et Expos

Même à l’heure des résidences et des festivals en tout genre, c’est l’énergie des grandes villes qui continue à fasciner la plupart des artistes. Pas étonnant dès lors que l’incontestable étoile de cette édition soit la ville de Rubens. La zone située juste à l’est du piétonnier qui jouxte la cathédrale ravira les amateurs de théâtre. En vedette, le Studio, ex-Studio Herman Teirlinck, où des générations entières d’acteurs flamands ont été formés depuis 1970. Cet hôtel particulier du XVIIIe a été transformé en centre artistique l’année passée.

De l’autre côté du Meir, non loin de là, le vaste Théâtre Arenberg ouvrira également ses portes au public. Toujours dans le même quartier, sur la paisible place Saint-Nicolas, la chapelle du même nom abrite le Théâtre royal de marionnettes ("Koninklijke Poppenschouwburg"). A hauteur du Meir deux monuments méritent le détour. Tout d’abord, le Paleis op de Meir, qui a appartenu successivement à Napoléon Ier, à Guillaume Ier et à Léopold II, excusez du peu. Et puis, dans une rue latérale, le Rubenianum, installé à côté du cloître du Kolveniershof et qui abrite aujourd’hui un centre sur l’art pictural flamand ancien, après avoir hébergé une école de danse pendant des années.

Les amateurs de cinéma devront pousser un peu plus à l’est, jusqu’à la Filmhuis Klappei, une salle de cinéma "non commercial à vocation sociale" aménagée... dans un ancien commissariat de police en style néo-Renaissance. Dans les environs, on en profitera pour épingler Troubleyn, l’atelier actuel du plasticien et dramaturge Jan Fabre, qui abrite notamment une importante collection d’œuvres d’artistes flamands comme Luc Tuymans et Wim Delvoye. Et puis, dans un genre plus bistrot, le café Kiebooms, dont la décoration intérieure mélange allègrement éléments Art déco et accessoires fifties. Encore plus loin, à Borgerhout, le centre culturel De Roma comprend une salle de concert et de cinéma de 2 000 places. Le tout avait été construit en 1927 comme un ensemble avec les appartements adjacents et a été fondamentalement rénové en 2003.

Hors d’Anvers, point de salut ? Bien sûr que si, mais les centres d’intérêt sont, disons, nettement plus éloignés les uns des autres.

Malines n’a pas énormément de lieux en rapport avec la culture à proposer mais est en pleine rénovation et propose pas moins de cinq lieux restaurés ou en passe de l’être, dont la belle église Saint-Joseph et l’hôtel de maître Boisot ("Groot Huis van Boisot"), riche en trompe-l’œil.

A Louvain, le prestige des monuments ouverts au public retient l’attention : bibliothèque centrale (néoclassique), bibliothèque Tweebronnen (rénovée à partir d’une construction originale d’Henry Van de Velde), église Saint-Pierre et, last but not least, hôtel de ville. L’abbaye du Parc, à Heverlee, en cours de restauration, mérite certainement un détour également, avec sa splendide bibliothèque du XVIIe siècle.

Enfin, en Flandre-Occidentale, Bruges propose à la visite son vénérable "Stadsschouwburg" ou théâtre municipal tandis que Courtrai se la joue cinéma avec le Budascoop, le doyen des complexes cinématographiques du pays et surtout le Ciné Palace et le Limelight, deux salles des années 20 aujourd’hui menacées de destruction.