Arts et Expos

A cinq jours de son ouverture officielle, la seconde Triennale Beaufort connaît déjà un succès de curiosité. Il faut reconnaître que ce n'est pas tous les jours qu'un troupeau d'éléphants sort des dunes pour se rendre à la plage, qu'une araignée géante couve maternellement la tombe d'un des pères de l'art moderne en Belgique, l'Ostendais James Ensor, ou que des gigantesques bébés joufflus, tout noirs, au visage plus technologique qu'humain, montent à l'assaut des digues ou du casino de Middelkerke. Ce sont respectivement des oeuvres du Sud-Africain Andries Botha, de la franco-américaine Louise Bourgeois et du Tchèque David Cerny.

Ainsi, de Knokke à la Panne, avec une halte privilégiée au PMMK, Musée d'Art moderne d'Ostende où se tient une exposition, trente interventions artistiques dans dix villes côtières investissent l'espace publique et associent l'art contemporain au quotidien.

En parallèle aux réalisations les plus spectaculaires souvent en cours de finition, comme l'île flottante du Chinois Zhan Wang à Knokke ou la tour surmontée d'un bateau de Jean Bilquin à Zeebruges, la peinture est remise à l'honneur tout au long du parcours et se décline dans les églises où dans le passé elle se retrouvait habituellement par son caractère religieux.

Conçue pour la seconde fois par Willy Van den Bussche, directeur du PMMK et cette fois seul aux commandes, cette triennale sur mer, internationale, fait la place belle aux artistes belges et se distingue nettement par des choix singuliers de la plupart des manifestations du même type et d'envergure comparable. Si on y rencontre avec plaisir les Penone, Balkenhol, Kabakof, Paladino, Chéri Samba et l'incontournable Jan Fabre dont la nouvelle création sera dévoilée ce soir au casino d'Ostende, un moment très attendu, participent également des Monika Baer, Pedro Calapez, Norbert Schwontkowski ou Kati Heck, artistes à découvrir, sans oublier les Belges dont Luk Van Soom et Koen Van Den Broek.

En guise d'apéritif et de vue d'ensemble le Musée d'Art Moderne d'Ostende propose une exposition rassemblant des oeuvres de tous les participants, et, clé d'un fil rouge ténu déroulant le mystère et l'utopie, un écrin central est réservé à une dizaine de toiles peu connues et une sculpture de Magritte: quelques chefs-d'oeuvre de la collection Gillion-Crowet dont deux portraits, l'un d'Anne-Marie, l'autre d'Adrienne Crowet. Nous reparlerons de cette Triennale Beaufort dans nos prochaines éditions.

Beaufort, Triennale de l'art à la côte. PMMK, Romestraat, Ostende. Du 1er avril au 3 septembre. Au musée, du mardi au dimanche de 10 à 18h. Parcours d'art public de Knokke à La Panne accessible en permanence. Parcours possible en autocar. info@2006beaufort.be

© La Libre Belgique 2006