Arts et Expos

Le pari pouvait sembler osé, il met des couleurs et son plein panier d’inattendus dans un Rouge Cloître qui a retrouvé ses plus belles parures printanières, et devrait ainsi inciter à la promenade comme à la visite de son expo estivale. Coup double et rare opportunité que l’aventure de "Quelques instants plus tard " !

Sibyllin, le titre de l’accrochage suggère qu’il y sera question d’inédit, de découverte. Non contente de rassembler de solides pointures de l’art contemporain et autant des meilleurs bédéistes actuels, elle les associe dans des peintures à quatre mains, du jamais vu. Point de confrontation bancale autour de thèmes qui les rapprocheraient, mais une collusion effective, souvent efficace, entre deux types de créateurs, en principe aux antipodes l’un de l’autre et soudain unis pour une cause commune, leur peinture à tous deux. Il n’y a pas deux types d’art, le grand et le mineur, le savant et le populaire. Il y a un acte créateur qui parle du monde que nous vivons et parle au monde sous des formes différentes.

Depuis Warhol ou Lichtenstein, depuis le Pop Art venu troubler notre perception classique de l’art en l’ajustant au quotidien des foules, la bande dessinée n’est plus objet tabou, méprisé. Elle tient la corde et la cote ! Rappel utile, dans un de ses tableaux, Lichtenstein a fait référence à Tintin et Warhol a peint le portrait d’Hergé. Commissaire de l’exposition, Christian Balmier, en duo avec Alain Huberty, directeur de la Galerie Petits Papiers, n’a pas fait main basse sur de tels tableaux, ce n’était pas le but de l’opération. Erro, auteur de comic’s sur toile, n’est pas davantage de la partie. Le pari était autrement osé : réunir deux univers, deux approches techniques de but en blanc, à fleur de toile, sans faux-fuyant. Ensemble.

Les artistes des deux bords ont accepté le jeu, et le résultat est à l’avenant d’une occasion, unique et déjà exemplaire en soi, qui n’a pas opposé les uns aux autres, mais les a nourris de part et d’autre. Liberté de ton, humour, symphonie créative : l’exposition est un ensemble de réjouissances communes à l’abordage d’une œuvre qui ne le fut pas moins. 80 artistes et 160 tableaux "Quelques instants plus tard ".

Coups de cœur, surprises, œuvres plus insolites, voire plus interdites Et quelques duos frappants : Axel Pahlavi et Philippe Berthet, "Reflet" parfait de la mixité voulue; Jean Le Gac et François Schuiten, humour et humeurs décalées; Véronique Bigo et Gilbert Shalton à poule que veux-tu; Pat Andrea et Carlos Nine; Antonio Segui dans un duo de plaisir fou avec Ever Meulen; Vladimir Velickovic et Enki Bilal, la stupeur étrange; Claude Viallat et François Avril, archi et couleurs; Ben Vautier (pardi !) et Edmond Bauduin, égaux comme cochons; enfin, solo et hommage, les collages de Christian Balmier en l’honneur de classiques de la ligne claire.

Centre d’Art de Rouge Cloître, 4, rue de Rouge Cloître, 1160 Auderghem. Jusqu’au 21 juillet, du mercredi au vendredi, de 14 à 17h, samedi et dimanche, de 14 à 18h.

Très complet catalogue de 200 pages commentées et en couleurs, Editions Million et Petits Papiers, préface de Jean-Luc Chalumeau. Infos : 02.660.55.97 et www.rouge-cloitre.be