Arts et Expos

C’est une gageure que de traiter en une seule exposition panorama de l’approche du paysage dans l’art essentiellement belge de 1830 à aujourd’hui, toutes techniques confondues ! Un défi relevé par Denis Laoureux à travers une sélection compartimentée en six chapitres. On pourrait, sans aucune difficulté, construire dans cette thématique et sur ce schéma assez largement ouvert puisqu’il va jusqu’à l’abstraction, d’autres expositions aussi riches et aussi variées. Si l’exposition envisage de "montrer comment la nature se fait art" en se déplaçant de la réalité visible à l’espace toujours étroit d’un tableau ou d’une photographie, on pourrait aussi s’interroger sur la spécificité potentielle ou réelle des artistes belges en la matière. Une question à laquelle il est hasardeux de répondre vu la diversité des œuvres proposées et la couverture de pratiquement deux siècles d’art. Une cible plus restrictive aurait sans doute traité le sujet différemment.

Un panorama national

La réponse se trouve dans les motifs peints et non dans un style, dans une manière de voir, dans une lumière particulière, ni dans un concept quelconque. Le vrai sujet, ce sont les paysages de Belgique, des "Hauts fourneaux à Charleroi" du peintre français Maximilien Luce aux nuages de "La malédiction" de Magritte ou des photos de Jean-Pierre Ransonnet, du sténopé panoramique de Felten-Massinger à la composition de Jean-Marie Mahieu en passant par l’énigme silencieuse et remarquable du tout jeune (1984) Charles-Henri Sommelette. Des Ardennes à la côte, de la mer houleuse d’un De Cordier à une quasi-évanescence d’un Michel Mineur, c’est la Belgique qui défile en images choisies, poétique le plus souvent, surprenante parfois, toujours éminemment variée. Impossible de résumer une telle exposition qui picore avec bonheur dans toutes les catégories et montre que cette thématique multiséculaire ne perd aucunement de son originalité quelle que soit l’époque au cours de laquelle elle est abordée. Ce n’est pas le sujet qui fait la peinture, c’est l’inverse. Et chacun opérera ses choix selon ses goûts.Claude Lorent

"Paysages de Belgique". De 1830 à aujourd’hui. Musée d’Ixelles, 71 rue Jean Van Volsem, 1050 Bruxelles. Jusqu’au 20 septembre. Du mardi au dimanche de 9h30 à 17h.

Publication. "Paysages de Belgique. Un voyage artistique 1830 - 2015", 174 p., ill. coul., divers textes et nouvelle de Jean-Philippe Toussaint, éd Racine.