City Sonic #15 ou la partition sonore du nouveau Charleroi

A. Lo. Publié le - Mis à jour le

Arts et Expos

A l’occasion de sa quinzième édition, le festival international des arts sonores City Sonic se décentralise pour la première fois à Charleroi. Une initiative qui tombe à point nommé pour accompagner à sa manière le parcours Art Public ou l’exposition "Riding Modern Art", les paysages sonores du premier recoupant idéalement l’imaginaire des artistes des deux autres.

Car au même titre que les fresques et œuvres visuelles d’Art Public, les installations et environnements sonores de City Sonic investissent une vingtaine de lieux dans la ville basse et la ville haute.

Depuis sa création en 2003, City Sonic a toujours résisté aux catégorisations monolithiques. Entre avant-guarde électroacoustique, musique concrète déjà célébrée ou pures transes électro, les artistes invités brassent une large palette de publics (et de générations). Les compositions musicales ou acoustiques dialoguent avec les dispositifs visuels, l’art numérique ou les installations plus classiques.

Tuyauteries sonores

Ainsi en sera-t-il, parmi les premières belges, des "tuyauteries sonores" d’Emilien Leroy (installées devant l’église Saint-Antoine de Padoue) à l’intérieure de laquelle Léo Kupper - pionnier de la musique électronique en Belgique mais aussi à l’international - a conçu un environnement sonore pour une musique électroacoustique spirituelle, rencontre du moderne et du sacré.

Mêlant art conceptuel et ludisme, Alain Wergifosse présente au Palais des beaux-arts de Charleroi ses objets soniques (une table résonnante, un wok amplifié,…), aux côtés des sculptures ou artefacts sonores de Natalia de Mello, Annie Dunning, Dimitri Baheux ou Emmanuel Selva.

Charleroi Danse héberge aussi plusieurs installations sonores et vidéo, dont "Microscopes" d’Alain Wergifosse, méditation visuelle et poétique dans l’infiniment petit ou "RRR" d’Helga Dejaegher, partition féline qui devrait procurer du bien-être à plus d’un(e). A voir et écouter aussi, "Homéostasies", un dispositif illustrant par le son une tempête solaire (survenue le 28 mai dernier).

L’enfant du pays , l’artiste transdisciplinaire Daniel Daniel est aussi de la partie à la Manufacture Urbaine avec une nouvelle installation, compilation de témoignages sonores de quidam, évocation kaléidoscopique de la ville.

A. Lo.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM