Arts et Expos

L’orientation artistique irrévérencieuse quelque peu élargie, comme le souligne d’emblée les commissaires Marie-Hélène Joiret et Alain Delaunois, a souvent été attribuée à une partie de l’art belge, surtout contemporain, et même parfois érigée en caractéristique principale. Et il est bien vrai qu’à Liège, plus d’un plasticien monte volontiers au créneau pour lancer en toutes directions des flèches, pas toujours mortelles mais blessantes par leur part de vérité, irrespectueuses, impertinentes, "d’humeur rosse", insolentes, drôles jusqu’en leur noirceur, féroces et piquantes, déstabilisantes; bref, qui mettent mal à l’aise ceux qui ne participent de cet esprit et qui ravissent ceux qui s’en délectent. Si l’art a bien tous les droits et reste le petit espace de liberté d’expression, la vingtaine d’artistes rassemblés ne se prive pas d’en user, et au vu de cette exposition, on pourrait aisément l’imaginer prenant de l’ampleur, car la matière ne manque pas.

L’ensemble est donc un échantillon, une sorte de hors-d’œuvre(s) bien goûteux pour donner l’eau à la bouche aux visiteurs parisiens qui, alléchés, pourraient s’intéresser de plus près à ces artistes belges capables de se moquer de tout, même d’eux-mêmes, et d’enfoncer le doigt là où ça fait mal, voire du bien aux visiteurs ! Fonçons donc vers cet irrespect qui peut faire sauter quelques soupapes et permettre de prendre un grand bol d’élixir déstressant.

On connaît, bien entendu, les quelques ténors patentés qui sont joyeusement à l’œuvre depuis des décennies et, parmi eux, quel plaisir de retrouver sur la scène du spectacle permanent de la culture "D’une certaine gaieté", le décor impertinent et quelques œuvres du Cirque Divers de Michel Antaki où se sont produits (ce n’est pas le bon mot !), défoulés, défoncés, sérieusement amusés, la plupart des irrespectueux liégeois et autres non principautaires !

Bien sûr, sont là dans l’expo les Charlier, Lizène, Muyle, Pierart, messieurs Delmotte, Duyckaerts irrésistible en sa performance vidéo, André Stas le pataphysicien qui colle tout le monde avec une jouissance jamais dissimulée, et peut-être le plus connu et le plus populaire d’entre tous - oui, il vit à Liège ! -, Pierre Kroll qui se paie même nos têtes couronnées !

Avec Werner Moron qui cible le marketing politique français, on a failli connaître les limites de l’irrévérence (voir LLB du 9/03/2011), comme quoi On sera peut-être étonné de les y trouver, mais à y voir de plus près, l’irrévérence peut aussi se glisser en sous-entendus et en faces plus cachées non moins pertinentes chez les Nyst, Sophie Langohr ou Thomas Mazzarella et autres. Allez, tout ça, c’est pour rire, on disait !