Arts et Expos

 Visite de Laurence Bertels.


Les bras d'Ernest pour s'y blottir, la malice de Célestine pour mieux sourire, on rêve tous de croiser, et de garder, son âme sœur à l'image des célèbres personnages de Gabrielle Vincent, inoubliable ours bonhomme et souris déterminée, nés pour se rencontrer et donner vie, sur papier, à une multitude d'histoires tirées du quotidien et toujours intemporelles.

De «Ernest et Célestine ont perdu Siméon» (Casterman, 1981) aux «Questions de Célestine» paru, toujours chez le même éditeur, en 1981, à titre posthume, en passant par «Ernest et Célestine vont pique-niquer» ou «Une chanson», vingt-six albums ont émaillé les faits et gestes qui tissent la richesse, les bonheurs, les difficultés mais aussi parfois la pauvreté de l'existence. Talentueuse, Gabrielle Vincent alias Monique Martin (1928-2000) était aussi écologiste avant l'heure et la profondeur de son propos, derrière des histoires d'apparence toutes simples, ne fut pas étrangère à la reconnaissance internationale dont elle fit très rapidement l'objet.

Un pseudonyme

Illustratrice d'une part, peintre de l'autre, Monique Martin, de son vrai nom, a choisi un pseudonyme lorsqu'elle se mit à écrire ou dessiner pour les enfants de peur de ne pas être prise au sérieux par ses pairs. Elle ignorait alors à quel point sa série d'albums rencontrerait du succès. La littérature jeunesse ne bénéficiait pas non plus à l'époque de la même considération qu'aujourd'hui.

Quoi qu'il en soit, les deux femmes ne font qu'une et les parallèles entre les peintures de Monique Martin et les illustrations de Gabrielle Vincent sautent aux yeux lorsqu'on visite la très belle exposition que le Rouge-Cloître consacre à cette grande artiste.

Le bureau de l'artiste

© gabrielle vincent

Conçue par la Fondation Monique Martin, très active depuis le décès de l'artiste, l'exposition "Ernest & Célestine à Rouge-Cloître" déploie quatre albums complets, avec ou sans texte, représentatifs de la série qu'il s'agisse de «Noël chez Ernest et Célestine», "Ernest est malade", "Au jour le jour"  et surtout "Les Questions de Célestine", l'essentiel, le dernier, qui rappelle que la petite souris a été trouvée sur une poubelle, celui qui vint boucler la boucle, comme elle le déclara à son éditeur lorsqu'elle le lui remit, quelques mois à peine avant sa mort.

Les originaux accrochés aux cimaises permettent d'apprécier la beauté de cette relation, la justesse des attitudes, le mouvement explicite des personnages, l'un sautillant, l'autre, plus lucide, courbant parfois le dos sous le poids des responsabilités.

© gabrielle vincent

La reconstitution, au sein de l'expo, du bureau de l'artiste avec sa table de travail, ses crayons, pastels et pinceaux, ses deux blouses sur le dossier de sa chaise, ses pantoufles - comme si elle allait revenir - sa lampe de chevet et la petite commode jaune qu'on retrouve dans plusieurs de ses dessins rend l'ensemble bien vivant. C'est à une véritable plongée dans l'univers de Monique Martin que nous convie en effet le Rouge-Cloître.

Des portraits de Jacques Brel

Si le rez de chaussée se concentre sur les albums, le premier étage propose de remarquables maternités réalisées au fusain ou à l'aquarelle par celle qui, bien qu'elle n'eut jamais d'enfants, consacra la majorité de son art à la parentalité. Que représente Ernest sinon un père protecteur?

On y découvre aussi le travail réalisé, pendant près d'un an, autour de Jacques Brel dont les portraits sont saisissants de ressemblance. Monique Martin illustra également, couplet par couplet, plusieurs de ses chansons - «Orly», «Jef» ou «Ne me quitte pas» - qui, comme ses illustrations, racontent la solitude, la tristesse, la tendresse et l'immensité de l'amour.

Un espace est aussi consacré aux médias et de nombreuses animations , d'ores et déjà prises d'assaut, sont prévus pour les écoles. Les familles pourront, quant à elles, suivre le parcours découverte le dimanche avant de terminer le week-end au coin du feu pour y lire l'une ou l’autre des aventures formidablement banales des deux protagonistes.

Au Rouge-Cloître, jusqu'au 20/1/2019, du mercredi au dimanche, de 14 à 17h00. Info@rouge-cloitre.be ou 02.660.55.97.