Découvertes d'été

Publié le - Mis à jour le

Arts et Expos

Faisant la nique aux habitudes les plus ancrées, une jeune galerie bruxelloise a décidé d'ouvrir ses portes durant l'été et d'animer son lieu par des nocturnes. La prochaine est prévue le 22 août, peu de temps avant la clôture qui s'avère positive puisque le public a répondu présent durant le juillet pluvieux et a apprécié les rencontres avec les artistes présents au cours des soirées. Comme l'exposition est évolutive, on peut même y repasser pour découvrir de nouvelles oeuvres ou carrément des participations non initialement annoncées.

La formule est dynamique et sympathique et comme tout le monde ne part pas en vacances, elle a séduit curieux, amateurs et collectionneurs en une période au cours de laquelle on peut justement prendre le temps de la découverte. Un mot qui prend tout son sens ! En effet, cette galerie a réuni pour la circonstance une bonne vingtaine d'artistes plasticiens, peintres, photographes et sculpteurs, sans thématique particulière, sans que ne se dessine une ligne esthétique. On passe ainsi de l'abstraction franche en retenue ou en puissance chromatique, en verve gestuelle ou en matière expressive, à la figuration en ses déclinaisons multiples.

Ce sont visiblement les personnalités artistiques différentes et les singularités qui ont attiré les regards des responsables de la galerie. La caractéristique la plus évidente et la plus intéressante de cet ensemble réside dans la jeunesse d'une grande partie des artistes, une vraie jeunesse puisque certains débarquent dans le métier la vingtaine à peine entamée ! Et une bonne partie d'entre eux sont des inconnus des cimaises.

Tout n'est certes pas du même niveau, mais il y a de belles pièces et des promesses que l'on a déjà envie de suivre, avec, en prime, quelques noms qui tirent ce train de nouveautés, tels les Pascal Bernier, Véronique Boissacq, Marieange ou Delphine Boël. Dans une telle panoplie, chacun peut aller de surprise en surprise et en se laissant aller à ses propres intuitions, choisir l'une ou l'autre démarche pour la suivre en expositions futures. Le terrain est presque vierge, on ne peut se reposer sur une réputation. Un beau défi que l'on lance à son oeil et à sa perspicacité. Claude Lorent

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM