Arts et Expos Des images de presse chez Cornette de Saint Cyr à Bruxelles. Le célèbre magazine du "poids des mots" vend ses photos. Beaucoup de souvenirs belges, mais pas seulement.

La vente de photographies du magazine Paris Match organisée par la maison Cornette de Saint Cyr est la troisième du genre depuis 2016, mais la première à Bruxelles. Dans l’exposition qui s’ouvre dès ce jeudi en prévision de cet événement quelque peu inhabituel dans le monde de l’art, on retrouvera bien évidemment nombre de clichés de personnalités belges. Pas seulement parce qu’une édition belge du célèbre magazine du "poids des mots et du choc des photos" paraît chez nous depuis 2001.

Pas seulement parce que, comme l’écrit Olivier Royan, le directeur de la rédaction, "en célébrant la complémentarité de la Belgique et de la France, c’est leur avenir commun que l’on cautionne". Non, les people belges se taillent la part du lion parce qu’en fait, il aurait été impensable de ne pas susciter ici, une nostalgie qui nous est propre.

Nostalgie

René Magritte, Hergé, Georges Simenon se côtoient donc dans le catalogue, mais accompagnés des Françoise Sagan, Pablo Picasso ou Salvator Dali qui puisent le parfum de la même époque Outre-Quiévrain. Dans les années 1950-1960, le noir et blanc qui prédomine nous rappelle qu’il fut un temps où les pages couleur étaient surtout celles de la publicité. Pour le dire en bref, c’est dans la gamme des gris que Patrice Habans a couvert un concert des Beatles (en costume et cravate) au Palais des Sports à Paris en 1965. C’est en couleur que Philippe Le Tellier tira le portrait des Who en 1975.

Il est étrange que ces images qui nous paraissent si vite démodées, gagnent avec le temps une aura de plus en plus affirmée et finissent par ancrer chez chacun d’entre nous des souvenirs intimes. Ainsi par exemple, les plus anciens se souviennent de ce qu’était leur vie au moment où ils ont découvert les terribles images de la catastrophe de Marcinelle en août 1956, tandis que de plus jeunes n’oublient pas avec qui ils ont découvert le film L’emmerdeur ou un spectacle de Stromae.

On notera que les images d’actualité douloureuse sont plutôt rares dans cette vente, ce qui est bien compréhensible d’un point de vue éthique. Tout au plus trois ou quatre clichés symboliques. Ceci dit, dans cette vente comme pour le magazine lui-même, ce sont les célébrités du show-biz qui attirent. Et parmi celles-ci, le champion incontesté des couvertures - que ce soit en France ou en Belgique - n’est autre que Johnny Hallyday. Un Belge en fait.


Infos pratiques

Paris Match, la passion du photojournalisme.

Vente de photographies le dimanche 30 septembre à 14h30. Bruxelles, Cornette de Saint Cyr, chaussée de Charleroi, 89.

Exposition publique , du 27 au 30 septembre 2018, du jeudi au samedi de 11h à 18h et le dimanche de 11h à 12h.


© Paris Match

Georges Ménager (1929-1994) et Paul Slade (1924-1979).

Comme le prophète, dont il serait inconvenant de montrer le visage, c’est souvent de dos qu’apparaît de Gaulle… Du 23 au 26 juillet 1967, il est au Canada pour visiter l’Exposition universelle de Montréal. Le 24, il prononcera un discours enflammé : “Vive le Québec… libre !” Ces mots provoqueront la plus grave crise franco-canadienne de l’Histoire.

Tirage postérieur sur papier baryté 60 x 40 cm. Encadrement bois noir et passe-partout tournant. Édition 1/10. Estimation : 1 500-2 500 €.


© Paris Match

Photographie de Claude Gassian (1949).

Son cœur balançait entre la Belgique, la France et la Suisse, mais en 2013, c’est finalement aux États-Unis que Johnny s’établit d’une façon qu’il croit définitive. Devant sa résidence de Pacific Palisades, il gratte la guitare à l’arrière d’une Cadillac 1953 dont les sièges portent ses initiales.

Épreuve d’artiste (E.A.). Tirage postérieur sur papier baryté 53 x 80 cm.

Caisse américaine. Édition 1/1. Signé. Estimation : 1 500-2 500 €.


© Paris Match

Photographie de Charles M. Duke Jr.

Commandant de la mission Apollo 16, qui se déroule du 16 au 27 avril 1972, John W. Young effectue son quatrième vol spatial. Neuvième homme à avoir foulé le sol de la Lune, il salue d’un geste son équipier, Charles M. Duke Jr., qui le prend en photo. Près du Lem, le module lunaire dont Duke est le pilote, Young a planté un drapeau américain.

Tirage postérieur sur Duratrans 67 x 100 cm.. Caisson lumineux LED sur mesure. Non numéroté.

2 000-3 000 €.


© Paris Match

Photographie de Paul Slade (1924-1979).

Personne ne semble pouvoir résister à Sonny Liston, un ancien voyou qui a appris la boxe en prison. Le 25 septembre 1962, à Chicago, il devient champion du monde en foudroyant dès le 1er round Floyd Patterson, le tenant du titre, jusqu’alors invaincu. Bientôt, l’un et l’autre des deux adversaires connaîtront la défaite face au futur Mohamed Ali.

Tirage postérieur sur papier baryté 53 x 80 cm. Encadrement bois noir et passe-partout tournant.

Édition 1/1. 1 500-2 500 €.