Arts et Expos

La ministre de la Culture, Fadila Laanan, a rendu public ce mardi, le nom de notre représentant à la prochaine Biennale d'art 2007 de Venise: ce sera Eric Duyckaerts.

Ce choix met fin à un dernier suspense. En effet, le jury chargé de choisir l'artiste s'était déjà réuni jeudi dernier. Mais depuis lors, rien ne transpirait des intentions de la ministre. Des bruits circulaient sur des difficultés juridiques importantes dans la procédure. Déjà, deux des membres du jury avaient dû se retirer à cause d'un conflit d'intérêt potentiel entre leur employeur et le choix du futur commissaire. D'autres échos laissaient entendre que Johan Muyle, un des trois candidats, déçu du manque de soutien de la Communauté à son égard, annulerait sa future exposition, en septembre, au BPS 22 à Charleroi. Ce qui aurait été dramatique car elle s'annonce particulièrement spectaculaire. Mais finalement tout semble être rentré dans l'ordre.

Eric Duyckaerts a été préféré à Angel Vergara et à Johan Muyle. Et les expos prévues par ce dernier (qui salue le travail d'Eric Duyckaers qu'il apprécie «fortement»), auront bien lieu comme prévu. Le cabinet de la ministre précise qu'elle n'a fait que suivre l'avis du jury, «sinon cela ne servirait à rien d'avoir un jury». Dont acte.

De toute manière, les trois candidats étaient d'une grande valeur comme l'a constaté le jury, et le choix d'Eric Duyckaerts est très valable.

Un Liégeois d'origine

Né en 1953, à Liège, fils du professeur Duyckaerts de psychologie, Eric Duyckaerts est un artiste atypique. Il a une formation universitaire en droit et en philosophie. Il fut chercheur FNRS pendant 4 ans, il a travaillé sur les problèmes de la décentralisation des arts en Wallonie et il a complété sa formation à l'institut des hautes études en arts plastiques de Paris dès 1988. Il s'installe alors définitivement en France où il vit actuellement. Il enseigne à la Villa Arson à Nice. Il est bien davantage connu en France que chez nous.

Il fut acteur (au Groupov à Liège) et scénographe, en Belgique et en France. Les oeuvres d'Eric Duyckaerts sont le fruit de ses diverses pratiques artistiques et de connaissances théoriques que l'artiste mêle dans un esprit de dérision des postures du savoir. L'usage de la parole dans le cadre de ses performances, souvent filmées, a probablement son origine dans l'enseignement qu'il a reçu d'abord au collège des Jésuites puis à la faculté de droit.

Laurent Jacob est directeur d'Espace Nord à Liège. Eric Duyckaerts (comme Johan Muyle) a participé à la naissance de ce lieu il y a vingt ans. Laurent Jacob insiste sur le côté «exceptionnel» de l'artiste, d'abord par le croisement des disciplines qu'il pratique: performer, dessinateur, vidéaste. Duyckaerts est aussi proche de la pensée scientifique exploitant des concepts comme le labyrinthe et les entrelacs.

Son oeuvre n'est pas assez connue, car elle est sans doute difficile d'aspect mais elle est, souligne Laurent Jacob, « d'une grande beauté». Ses premiers travaux à Liège étaient de grandes peintures au bleu de méthylène. Pour cette Biennale de Venise, Eric Duyckaerts a présenté un projet intitulé «Palais des Glaces, Palais de la Découverte», qualifié par la ministre Laanan, de « projet très cohérent et pensé comme un écho plastique à la perception sensible de la réalité labyrinthique de Venise». La commissaire choisie par Eric Duyckaerts est Christine Macel, conservatrice et chef du département «création contemporaine et prospective» au Centre Pompidou à Paris.

Des retrouvailles

Venise aura pour lui, un air de retrouvailles car il y est déjà allé avec Laurent Jacob dans le cadre des Biennales off. En 1986, il y rédigea un manuscrit « formidable », dit Jacob. Et il revint à Venise en 2001, au Palazzo Franchetti, dans le pavillon de la Biennale off de la Communauté française, subsidié par le ministre Richard Miller.

Eric Duyckaerts est représenté par de grands galeristes: Albert Baronian à Bruxelles et Emmanuel Perrotin à Paris. Il vient de bénéficier d'une exposition à la verrière Hermès à Bruxelles.

© La Libre Belgique 2006