Arts et Expos

Le temps de l'épreuve est calculé afin de pouvoir résisterà la double agression visuelle et sonore: 3 minutes. Une authentique performance du spectateur qui participe ainsi à celle que l'artiste Alberto de Michele (1975, vit à Amsterdam) s'est préalablement imposée, mais bien plus longtemps. Anti-spectaculaire, elle se vit comme une décharge d'énergie.

Cette énergie est aussi à la base des installations créatrices d'un autre plasticien, Robert Currie (1976, vit à Londres) qui met en place des dispositifs simples qui deviennent en quelque sorte les vrais auteurs de l'oeuvre plastique. Un crayon réalise un dessin abstrait sur papier sans aucune intervention de l'artiste; une forme se fait et se défait constamment au sol, des billes de polystyrène entament une danse incontrôlable... Tout se transforme, a dit un physicien, c'est le cas, rien n'est stable, tout est éphémère, sauf toutefois le dessin en tant que résultat, mais à lui seul il ne signifie pas grand-chose, le processus est à considérer en son entier. Sans une source d'énergie, l'électricité, rien là n'existerait. (C.L.)

Robert Currie et Alberto de Michele, installations. Galerie P, 71 rue des Eperonniers, Bruxelles. Jusqu'au 1er mars. Du mercredi au samedi de 12 à 19h.

© La Libre Belgique 2003