Arts et Expos

Renouant avec ses origines par l'Italie qui fut le premier pays à se présenter sous ce label, Europalia après quelques années de repli se déploie de nouveau à travers la Belgique. La plupart des lieux d'exposition afficheront donc les trois couleurs d'un pays dont les richesses patrimoniales et artistiques n'engendrent que l'embarras du choix.

On ne pourra donc que pointer quelques-unes des expositions parmi les plus importantes.

Honneur à Vénus qui, sur une idée d'Umberto Eco développée et mise en perspective par Omar Calabrese, se présentera sous les traits que lui a prêté le Titien pour la version dite d'Urbino. Sachant que Vénus est éternelle et mythique, elle sera, tout au long d'un parcours historique, évoquée en plus de 70 oeuvres prestigieuses, Giulio Paolini réservant même la surprise d'une intallation originale.

En ouverture de ce festival et toujours au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, c'est le Quattrocento qui sera à l'honneur à travers les Este, une famille de Ferrare qui donna à cette ville médiévale à la fois un lustre assez inattendu et des accents d'une modernité due à une véritable ouverture d'esprit car il furent nombreux, de Van der Weyden à Piero della Francesca, de Mantegna à Bellini à venir travailler là où brillait une école picturale assez particulière. L'exposition qui rassemblera plus de 300 pièces s'annonce d'une richesse exceptionnelle.

L'Italie ne serait pas ce qu'elle est sans l'archéologie aussi au Cinquantenaire se prépare une des plus vastes expositions jamais organisée puisque regroupant plus de 700 oeuvres en partie provenant des musées de Pompéi et des environs, en partie illustrant l'influence de l'antiquité romaine.

A ces expositions majeures s'en joignent d'autres, célébrant la peinture baroque (Anvers), Giotto et l'art à Padoue (Bruxelles), le Futurisme (1909-1919) un engagement avant-gardiste assez controversé (Ixelles), l'un des très grands peintres du XXe, siècle : Giorgio Morandi (Bruges), mais également des aspects plus contemporains tels Michelangelo Pistoletto & Cittadellarte (Anvers), Luigi Ontani (Gand), la création contemporaine (Bruxelles) ou le design (Hornu), sans oublier le groupe Forma Uno (Liège) ou la Transavanguardia (La Louvière).

Autres circuits

Du côté des expositions à caractère historique, on retiendra aussi, au Cinquentenaire, Vietnam. Art et cultures (17.9 au 29.2), et plus tard, Art de l'Islam (5.12 au 25.4). De Markten se distingue avec Images de Maître qui retrace cinq siècles d'art graphiques, de Dürer à Raveel.

Ceci ne devra malgré tout point évincer d'autres manifestations comme la préouverture du futur centre d'art contemporain Wielemans-Ceuppens avec une exposition très à l'ordre de l'actualité en traitant du lieu et à laquelle ont été conviés quelques plasticiens belges contemporains tels Michel François ou Christophe Terlinden, ni un peu plus tard (30/11), la nouvelle exposition monographique du Mac's au Grand-Hornu, consacrée à Marie-José Burki dont le travail vidéographique porte sur le temps.

A Anvers le Middelheim annonce une importante manifestation d'Ann Veronica Janssens sur le ton de la promenade à bicyclette et des fleurs !

Du côté des galeries, Liège a pris l'avance en proposant dès maintenant de redécouvrir René Heyvaert (Nadja Vilenne), tandis qu'à Bruxelles Argos offrira un complément à l'exposition Peter Downsbrough (06.09) alors que les galeries du quartier Louise renouent avec les vernissages communs (11.09) et que la Crown Gallery a trouvé un nouvel espace au Nouveau Marché aux Grains pour présenter Lois Renner (17.09).

A l'étranger

La palme de l'événement revient à la Biennale de Lyon qui s'intitule audacieusement «C'est arrivé demain» évoquant l'invention du monde par les artistes. Elle s'ouvre le 18 septembre et rassemble une soixantaine d'artistes contemporains (un seul belge) en cinq lieux différents (jusqu'au 4.01).

A New York, un belge triomphe en ce moment au Madison Square Park : Wim Delvoye, alors qu'on attend pour octobre la rétrospective Rosenquist au Guggenheim.

Retour en France, dans le Nord, à Villeneuve d'Ascq où se traceront Les chemins de l'art Brut (11.09).

A Paris, tandis que le Grand Palais accueillera Vuillard (25.9) et Gauguin (2.10), Ann Veronica Janssens tiendra la vedette d'une exposition attendue (5.11) au Musée d'Orsay : Aux origines de l'abstraction (1800-1914), alors qu'elle sera encore présente aux côtés de Noiret-Thomé et Walter Swennen dans Voir la peinture au Plateau (18.9).

Le Jeu de Paume consacre ses cimaises à Zao Wou-Ki (14.10) tandis que du côté du Centre Pompidou, Jean Cocteau, l'artiste un peu banni (25.9) puis Robert et Sonia Delaunay les pionniers de l'abstraction (1.10), seront célébrés, ainsi que Roni Horn côté dessins (1.10).

Le Palais de Tokyo consacre sa rentrée à un vaste ensemble d'oeuvres de Chen Zhen (1955-2000), la provocatrice Valie Export est l'invitée de l'Hôtel Salomon de Rothschild (11.9) et Othoniel et son Crystal Palace celui de la Fondation Cartier (31.10).

© La Libre Belgique 2003