Arts et Expos

Une foire n’est pas un lieu de recueillement ou de réflexion !

Vous y verrez ce que la puissance opérationnelle du moment a décidé de vous montrer. Les autres, au placard.

Plaisante ici et là, qu’en aurez-vous retenu ? Mais l’essence du rassemblement n’est ni de vous sublimer, ni de vous interloquer, elle est de vous vendre !

Et puisqu’en notre siècle, pourtant si tourmenté, la vacuité règne en maîtresse privilégiée…

S’il y a de belles propositions, la forme, hélas, l’emporte sur le fond, la curiosité sur le capiteux. Or, l’art, le vrai, n’est-il pas harmonie entre une forme et un fond s’imposant de concert ?

Alechinsky, Kiki Smith…

A l’entrée, la galerie parisienne Lelong brille par ses personnalités : Tapiès, Nash, Alechinsky, Voss, Kiki Smith, Plensa, Toguo, Huynh… Qui dit mieux !

Le dessin est présent, de solides photos aussi. En revanche, trop de jeux architectoniques, mais, exceptions notoires, Vera Molnar, Morellet, Dilworth chez Oniris.

Réjouissance avec d’intemporels Torres-Garcia chez Las Misiones, de Montevideo. Une cabane de bois gravé de Damien Deroubaix tranche dans le vif chez Nosbaum Reding quand, chez Zeno X, les photos, de la vie simple, d’Anton Corbijn captent le regard.

Antoine Laurentin a le chic de la redécouverte des Pop Evelyne Axell, Jacques Verduyn, Balder : des pièces remarquables. Un miroir, "Déjà vu", de Michael Schuster, chez Mario Mauroner, résume avec humour l’ensemble entrevu un peu partout.

Et puis : un grand Thomas Lerooy chez Rodolphe Janssen, un bel ensemble Zurstrassen chez Xippas, l’installation ludique de Sorry we’re closed, les expressives têtes en céramique de Maen Florin et les petites peintures si délicates de Marie Zolamian chez Nadja Vilenne, les photos de Sammy Baloji en la galerie d’Imane Farès, du Kader Attia choc chez Continua, Chiharu Shiota chez Templon, les gouaches de Louise Bourgeois chez Xavier Hufkens, le stand éclectique, réjouissant, d’Albert Baronian qui insiste sur les formes vivantes de Leen Voet… A vous de choisir !