Arts et Expos

Chacun se souvient de la formidable exposition de Francis Alÿs au Wiels, fin 2010, après la Tate et avant le Moma. Né à Anvers en 1959, architecte de formation, Francis Alÿs vit à Mexico depuis le début des années 1980. Sa pratique artistique est basée sur des explorations personnelles des villes (Mexico, Jérusalem) ou de la nature (une dune de Lima, les tornades) pour donner des films, des dessins, des peintures mêlant souvent le poétique et le politique. Il est considéré comme l’un des artistes les plus importants de sa génération.

Il avait déjà réalisé un important travail en Afghanistan où il a suivi la guerre (comme "embedded", artiste "embarqué" sur le front) avec les troupes anglaises à Helmand en 2013.

La fondation Ruya, organisation non gouvernementale basée à Bagdad, qui a déjà monté les pavillons irakiens à Venise en 2013 et 2015 avec le directeur du Smak de Gand pour commissaire, a demandé à Francis Alÿs de travailler pour le pavillon irakien de la Biennale de Venise qui s’ouvre le 13 mai.

A côté d’artistes irakiens, le Belge y présentera des œuvres réalisées lors d’un séjour dans un camp de réfugiés yézidis et lors d’une expérience vécue entre le 28 octobre et le 6 novembre dernier, d’artiste "embedded" sur le front dans les troupes peshmergas tentant de reprendre Mossoul à Daech.

Francis Alÿs a aussi une actualité belge immédiate. La galerie bruxelloise Jan Mot, au Petit Sablon, présente des œuvres de l’artiste du 17 mars au 22 avril. Et la Cinematek propose une soirée spéciale Francis Alÿs, le 23 mars à partir de 19h, avec 8 courts et moyens métrages d’Alÿs, suivis d’un film-portrait par son collaborateur Julien Devaux. Une soirée qui sera présentée par Dirk Snauwaert, directeur du Wiels.