Arts et Expos

Parallèlement à celle du Centre Pompidou plusieurs expositions d’artistes indiens complètent la vision que l’on peut se faire de cette création très prolifique. La principale se tient au Musée Guimet, elle est consacrée à la démarche sculpturale et picturale d’une femme, Rina Banerjee. Conjointement, la galerie Nathalie Obadia qui de son côté défend l’œuvre de cette artiste depuis un certain temps déjà montre quelques œuvres récentes, sculptures et dessins. Présentées au sein même des collections du musée Guimet, les installations, sculptures et dessins de l’artiste indienne (Calcutta, 1963 - Vit à New York) entrent en relation avec les œuvres anciennes comme le souligne Caroline Arhuero, commissaire de l’exposition : "Les œuvres contemporaines et anciennes issues des sections Asie du Sud-est, Inde, Textile et Arts de l’Himalaya, dialoguent autour de l’utilisation des matériaux composites, des rituels de divination, des notions de syncrétisme et de domination respectives des cultures au cours de l’histoire."

Les sculptures de Rina Banerjee, luxuriantes, flamboyantes chromatiquement, composées de multiples matériaux, plumes, coquillages, tissus, objets divers, mixent les cultures américaines, occidentales et orientales, tout en conservant une note d’origine indienne. Elles sont littéralement splendides, attirantes par leurs coloris osés et rayonnants, par le mystère qui les accompagne car on devine les liens avec les contes, les légendes, les rituels, les parades et le riche passé presque mythique de ce pays désormais émergent. Tout comme dans les dessins tout aussi merveilleux, on est plongé dans un monde féerique, énigmatique mais resplendissant dans lequel les dieux, la nature, les animaux exercent leur pouvoir pour ainsi dire magique. Chaque œuvre est un enchantement pour les yeux et un appel irrésistible à entrer en ce monde. En galerie d’art, chez Daniel Templon on retrouve quelques œuvres de Sudarshan Shetty dont les restes d’une voiture accidentée, finement sculptée en bois selon les traditions artisanales tandis que l’histoire est brièvement racontée, écrite sur le mur. D’autres sculptures corroborent l’impression de fragilité du destin humain. Pour sa part la galerie Duboys a sélectionné dix excellents photographes indiens qui fixent leur objectif sur les lieux, les gens, les ambiances, de manière à faire saisir la vie de cette population toujours hiérarchisée et aux différences sociales parfois abyssales.

Rina Banerjee. Chimères de l’Inde et de l’Occident. Musée Guimet, 6, place d’Iéna, 75116 Paris. Jusqu’au 26 sept. De 10h à 18h. Fermé ma. Rina Banerjee. Imagine the other half of the world from here. Galerie Nathalie Obadia, 3 rue du Cloître St Merri, 75004 Paris. Jusqu’au 13 juillet. Sudarhan Shetty. Beween the tea and a sinking constellation. Galerie Daniel Templon, impasse Beaubourg, 75003 Paris. Jusqu’au 23 juillet. This is not That. 10 photographes indiens. Galerie Duboys, 6 rue des coutures Saint-Gervais, 75003 Paris. Jusqu’au 2 juillet.