Arts et Expos Au Centre-Pompidou Metz, "Japanorama" revient sur cinquante ans d’art contemporain nippon. Un regard neuf, qui croise les disciplines et les mouvances. Riche, la sélection des œuvres reflète les évolutions du Japon.

Depuis trente ans, les artistes japonais ont largement contribué à la "nippomania" culturelle dans les pays occidentaux, particulièrement en France et en Belgique, et portée essentiellement par les arts populaires - cinéma, manga et "anime". Mais les plasticiens ne sont pas ignorés, comme le rappelle "Japanorama", nouvelle exposition, et deuxième de sa "Saison japonaise" du Centre Pompidou-Metz.

Après "Japan-ness", consacrée à l’architecture japonaise depuis 1945 (exposition toujours en cours), cette rétrospective est la première sous nos lattitudes d’une telle ampleur depuis le "Japon des Avant-Gardes". Présentée en 1986 au Centre Pompidou à Paris, cette dernière couvrait les années 1910-1970.

"Japanorama" reprend le fil de l’histoire là où s’était arrêté la précédente. 1970 fut une année charnière, celle de l’exposition universelle d’Osaka, qui révéla au monde le "miracle économique" et inaugura la fascination que le Japon, alors à la pointe technologique et des avant-gardes, exercerait durant les trois décennies suivantes.

Six thèmes

...