Arts et Expos

A Lyon, le MAC réunit plusieurs générations d’artistes et écrivains pour évoquer Los Angeles. Une créativité inventive et intempestive écorne l’image idyllique de la ville hollywoodienne. Plasticiens et auteurs entretiennent une relation tant affective que critique.

Voici dix ans, le centre Pompidou organisait une remarquable exposition sur les arts à Los Angeles entre 1955 et 1985. Un panorama historique de très haut niveau qui mettait en valeur l’incroyable effervescence créative de la côte ouest des États-Unis. La présente exposition lyonnaise prend racine dans ce même terreau extrêmement fertile à travers les œuvres de quelques figures pionnières et emblématiques, et nous livre une suite passionnante en plongeant dans l’actualité de la dernière décennie. Le principe excellent d’associer la littérature au projet, à travers des extraits d’ouvrages qui traitent de la ville, de son ambiance, de ses multiples aspects, apporte à l’ensemble de l’expo une impression d’immersion totale et aide à ressentir, au plus près des émotions et des réalités, l’atmosphère de vie de la Cité des Anges.

Déployée sur deux étages du musée, elle réunit de la sorte 34 artistes plasticiens et 84 écrivains, ce qui fait dire à Thierry Raspail, co-commissaire et directeur du musée : "La machine à fictions exemplaire qu’est Los Angeles est tour à tour contestée, magnifiée, transposée; la légèreté se fait tragique, le glamour se fissure, la surface des choses prend de la profondeur. Bref, le mot et l’image jouent la connivence, l’enchantement mutuel et interrogent le mythe."

L’autre face

...