L'énigme de l'univers

Claude Lorent Publié le - Mis à jour le

Arts et Expos

Cette exposition constitue une étape marquante dans l'oeuvre d'André Lambotte (Namur, 1943) dans la mesure où elle rompt avec une des données qui fut quasi invariable depuis 1972 : la référence plus ou moins implicite à la ligne d'écriture. Celle-ci imposait généralement une lecture a priori horizontale de chaque oeuvre. Quelques exceptions ont confirmé cette règle, notamment les tressages.

En abandonnant cette contrainte qu'il s'était librement imposée, André Lambotte s'offre comme une nouvelle liberté, un champ d'exploration désormais infini et accentue plus que jamais la notion de all over. Chaque dessin au crayon de couleur et encre de Chine est plus dense que jamais et sollicite davantage que précédemment notre acuité de perception. La couleur y joue un rôle primordial. Tout d'abord, parce qu'elle impose une gamme de tonalités et une luminosité : tantôt le bleu, l'orange ou le vert; tantôt la clarté presque solaire quelle que soit la teinte, tantôt une approche essentiellement en sourdine. Ensuite, parce qu'elle impose, par une succession de ponctuations plus ou moins régulières, des rythmes à la fois saccadés et imprévisibles, ou des ondes variables qui transmettent comme une musicalité chromatique. Conjointement pourtant, l'apport des nuances apporte aux oeuvres une énergie qui les atomise tout en conservant leur concentration comme en un microcosme grouillant, vivant, mouvant.

Les effets optiques obtenus ne sont pas uniquement provoqués par les couleurs. Les traits multiples et répétés, leur intensité variable et l'apport du noir de Chine créent des tremblements qui empêchent l'oeil de se fixer en un endroit précis, car il se retrouve directement sollicité par son voisin, ses voisins, alter ego cependant, tous différents. Cette multiplicité et cette singularité - jointes aux variations chromatiques, aux espaces, aux scansions, aux superpositions et débordements, aux innombrables irrégularités - finissent par créer un univers en soi qui échappe finalement à l'entendement.

Il y plane un mystère, une énigme que l'on pourrait croire propre à cette abstraction, mais qui, probablement, rejoint l'interrogation fondamentale sur l'immensité incommensurable de l'espace lui-même.

Claude Lorent

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    La révélation de deux musées belges: hallucinants, magiques et presque... inquiétants

    Découverte du musée de la Boîte en fer-blanc à Grand-Hallet et du musée Monopoli à Bruxelles: une plongée en terres insolites.

    (...)

  2. 2
    Tous ces couples réinventèrent l’art et la manière d’aimer (PHOTOS)

    Une passionnante et très riche exposition au centre Pompidou-Metz sur les « Couples modernes » entre 1900 et 1950. De Picasso à Ernst ou Arp, ces artistes réinventèrent la manière de faire couple et créèrent l’Art moderne.

  3. 3
    Retrait collectif du Belgian Art Prize suite à l'absence de femmes

    A la mi-avril, on dévoilait les noms des 4 finalistes du Belgian Art Prize 2019. Un jury avait sélectionné des artistes belges ou vivant en Belgique déjà bien reconnus et à mi-carrière: Sven Augustijnen (né en 1970), Koenraad Dedobbeleer (1975), ...

  4. 4
    Laure Prouvost représentera la France à Venise 2019

    C’est l’excellente Laure Prouvost qui a été choisie par la ministre de la Culture Françoise Nyssen pour représenter la France à la prochaine Biennale d’art de Venise en 2019. Née à Lille en 1978, Laure Prouvost s’est formée au Royaume-Uni et vit et ...

  5. 5
    Or, le pouvoir de ce qui brille

    Le Mucem (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) s’attaque à un sujet universel qui permet de traverser, à la fois, le monde artistique méditerranéen, et les questions d’actualité de notre époque; à savoir les inégalités dans les ...

cover-ci

Cover-PM