Arts et Expos

Voilà cent ans, Alexandre Braun et Cyrille van Overbergh fondaient «l'Institut supérieur d'histoire de l'art et d'archéologie de Bruxelles» (Ishaab). D'abord appelé, en 1903, «Société des Cours d'art et d'archéologie», il fut, avec l'Institut de Liège, l'une des plus anciennes écoles en Europe à organiser un enseignement supérieur dans le domaine de l'histoire de l'art. Dès le début, les professeurs furent choisis parmi les enseignants des universités belges et au sein du personnel scientifique employé par l'Etat. L'Institut bruxellois a suivi l'exemple de son jumeau liégeois créé, lui, un an auparavant, en 1902. Il s'inscrit aussi dans la prise de conscience de la nécessité d'une meilleure connaissance archéologique et artistique de l'homme moderne. Le but étant de préparer les futurs professeurs, conférenciers, personnel scientifique... à mieux remplir leurs missions.

Depuis 1951, l'Institut donne accès, en quatre ans, aux diplômes de bachelier, gradué et maître. Même si le certificat n'est pas homologué par l'Etat, il donne accès, suite à un arrêté du Gouvernement de la Communauté française, à certains niveaux d'études universitaires. Durant les deux premières années, dites «baccalauréat», des cours tels que la préhistoire, l'histoire de l'art égyptien ou encore la technologie des matériaux sont dispensés. Les deux dernières, appelées «graduat», proposent une formation plus variée. Le 30 septembre, l'école sera à l'honneur. Une séance académique, précédée par un colloque, évoquera les 100 ans de l'école, aux Musées royaux d'art et d'histoire. L'éminent paléontologue, Yves Coppens, sera présent.

© La Libre Belgique 2003