La lente conquête de soi

Claude Lorent Publié le - Mis à jour le

Arts et Expos

D'une toile remarquée à ArtBrussels, on passe à une première exposition en solo en galerie bruxelloise. La jeune artiste finlandaise n'en est cependant pas à son coup d'essai puisqu'elle expose régulièrement depuis dix ans, a glané quelques prix tant en son pays d'origine qu'en Espagne, où elle est notamment passée par l'atelier de Pijuan, l'un des meilleurs peintres espagnols qui soient.

Krista Autio (Finlande, 1968) est peintre dans l'âme. Il suffit de voir comment la couleur est, dans son travail, un élément primordial. Celui qui apporte toute la sensualité, celui par lequel passent les sensations premières qui lentement imprègnent le regard pour le conduire dans les profondeurs, celui qui donne aux toiles ou aux oeuvres sur papier ce qui semble échapper à la part graphique par laquelle s'établit l'amorce du dialogue.En ses tableaux, les surfaces sont saturées d'une teinte monochrome qui, à part le noir dense, se distingue par les nuances, notamment du vert et du rouge, qui aspirent, qui conduisent à l'introspection et concourent ainsi à l'ambiance confirmée par les interventions écrites ou dessinées.

Cette peinture qui s'impose aussi par un aspect très accompli trouve néanmoins son origine dans les émotions et apparemment dans les inhibitions, dans les non-dits que certains dessins beaucoup plus jetés, plus spontanés révèlent partiellement. Et l'oeuvre en son entier apparaît surtout comme un autoportrait qui se révèle très progressivement en se libérant.De toute évidence, le sujet unique est la féminité, le rapport à soi et à la corporalité. L'approche est distance, presque sévère dans les peintures où le corps est totalement absent. Il est suggéré par des vêtements en attente d'être portés mais déjà tout imprégnés du désir de séduire, comme en témoignent les bijoux ou les mots tracés de façon bien affirmée, ouvertures au désir. Mais le corps reste fantôme. Parfois un animal tient lieu de sujet. Pudeur, timidité, malaise, mal-être, doutes?On passera par le dessin pour voir apparaître des visages tracés nerveusement et sans aucune complaisance, pour voir des corps tendus et des balafres chromatiques généralement d'un rouge vif, d'un rouge sang ou passion. L'audace en une fois sans regret possible, comme on se jette à l'eau. Une belle peinture, fragile et fébrile.

© La Libre Belgique 2004

Claude Lorent

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Les délires s’emparent de Chassepierre

    Pendant tout un week-end, les déséquilibrés, aliénés et tarés en tous genres prendront le contrôle du village. Bien entendu, tout cela se fait avec l’accord, et souvent même avec l’aide bénévole, des habitants. Le festival présentera de nombreuses ...

  2. 2
    Quand Pierre Debusschère dénude les Bruxellois

    Un jour, Beyoncé t’appelle et te demande si tu peux être, le lendemain, dans un hôtel, à Paris. Et là, forcément, Pierre Debusschère dit oui. Et quand, après avoir rencontré le directeur artistique de la méga pop star mondiale, avoir dit quel ...

  3. 3
    Le coup de foudre de Max Ernst pour Leonora Carrington, 26 ans plus jeune que lui

    Max Ernst (1891-1976), peintre, dessinateur, graveur et sculpteur, artiste clé du dadaïsme, du surréalisme et, plus globalement, des arts du XXe siècle fut aussi un grand amoureux des femmes.

    (...)

  4. 4
    Dans la psyché de Tim Burton: visite dans les coulisses d'une exposition internationale de premier plan

    Depuis ce mercredi 15 août, le site C-Mine à Genk accueille "The World of Tim Burton". Visite dans les coulisses d’une exposition internationale de premier plan. Où, au-delà du cinéaste, on découvre un immense créateur d’univers visuels.
    ...

  5. 5
    Un avant-goût du futur AfricaMuseum

    Le Palais d’Egmont lève un coin du voile sur la présentation du futur musée. Le 8 décembre, après cinq ans de travaux, le musée d’Afrique centrale à Tervuren rouvrira ses portes sous le nouveau nom d’AfricaMuseum. (...)

cover-ci

Cover-PM