Arts et Expos Pour leur huitième exposition, Myriam et Amaury de Solages ont abandonné le principe de l’ensemble thématique au profit d’un rassemblement d’œuvres acquises par de jeunes collectionneurs. Entendez qu’ils ont moins de quarante ans. Ils sont sept dont deux couples. Chiara et Steve Rosenblum sont français et vivent à Paris, Pascaline Smets est luxembourgeoise, Bieke et Tanguy Clerinx - Van Quickenborne, Ronald Rozenbaum ainsi que Joris Beernaert sont belges ! Ils font partie de la nouvelle génération, celle qui progressivement remplace les célèbres collectionneurs belges si convoités de Bruxelles à Miami, de Paris à New York !

Surprise belge

La question qui se pose à l’égard de ces jeunes collectionneurs est double : pourquoi collectionnent-ils et que collectionnent-ils ? La passion, la curiosité, être en phase avec son époque, participent des motivations. L’expo répond, mais partiellement, à la seconde question car il s’agit d’un choix d’œuvres. La plus grande diversité préside au sein de l’ensemble caractérisé par un aspect très actuel même s’il subsiste des formes traditionnelles, picturales (Nicolas Hommelen (1979, Be), Harold Ancart (1980, Be), sculpturales (Sterling Ruby, 1972, All) ou gravées (Michaël Borremans (1963, Be); l’objet brut, transformé, peint, manufacturé ou pas, étant plutôt la norme générale. Quant à la photographie, elle est plus souvent intégrée dans une œuvre ou considérée en sa portée conceptuelle que prise pour elle-même. Bonne surprise, les artistes belges sont très présents et on retrouve des œuvres vues en galeries belges et à Art Brussels. "Même si on n’a pas celui des galeries de Londres, New York ou Paris, convient Tanguy Clerinx, le niveau de l’offre est élevé en Belgique." La prépondérance des achats est nettement européenne et américaine, avec de rares exceptions pour la Corée du sud, l’Argentine et l’Inde ! Enfin, la plupart des œuvres sont davantage dans la modestie que dans le clinquant ou le démonstratif et ne rivalisent pas avec des pièces muséales. Elles sont à dimension d’habitation, destinées à vivre avec les acheteurs qui visiblement recherchent et apprécient leur compagnie.

Jeunes artistes

Comme le confirment le couple, Bieke et Tanguy Clerinx - Van Quickenborne, et Ronald Rozenbaum, la majorité des achats s’adressent à des artistes jeunes, c’est-à-dire plus ou moins de leur génération. La plupart sont effectivement nés dans les années 70 et 80. Certainement une question d’affinité dans la perception. Aucune tendance n’est privilégiée mais le vocabulaire formel de la plupart des œuvres est résolument actuel. "L’aspect esthétique est important, insiste le couple passionné qui collectionne depuis sept ans et acquiert les œuvres d’un commun accord, en duo, l’œuvre doit être belle même s’il s’agit a priori d’un son, mais le concept et le contenu philosophique comptent tout autant !" Leur regard est international. "On est ouvert, on apprécie un esprit rock, un peu déjanté, avec une note franchement novatrice." Pas étonnant de retrouver leur nom associé à des œuvres de Rein Dufait (1990, Be) ou de Stanislas Lahaut (1979, Be), empreintes d’une dose d’humour.

Plus jeune collectionneur puisque son premier achat ne remonte qu’à trois ans, Ronald Rozenbaum, féru de philosophie, pour qui l’art "répond à un besoin de s’évader", ne dédaignerait pas acquérir un bon Picasso, mais c’est inaccessible. Il apprécie les artistes qui ont "assimilé, digéré l’histoire de l’art et apportent un plus". Deux de ses œuvres favorites sont d’une part un multiple de John Baldessari (1931, USA), un ensemble de photographies de 1973, et le "False God", un squelette animalier en bronze de Sherrie Levine (1947, USA). Lorsqu’il envisage d’acheter une œuvre, il effectue "un travail de recherche de manière à connaître l’artiste et son cheminement en profondeur", il scrute "une touche personnelle qui se manifeste dans l’œuvre avant tout le monde et un contenu substantiel qui dénotent d’une activité prometteuse". Comme ses coreligionnaires, il assouvit sa passion en se déplaçant beaucoup pour visiter les grandes foires, les expos en galeries et rencontrer les artistes.

Cet aspect humain du dialogue, de la discussion, de la connaissance de l’autre, semble essentiel dans la démarche que tous entreprennent vis-à-vis de l’art. Derrière chaque création, il y a une personne qui a une vision, pas seulement de l’art, de son rapport au monde. L’art n’est pas un isolement, un monde fermé, il est au contraire perspective ouverte !

Jeunes collectionneurs. 70 œuvres d’artistes contemporains. Maison particulière, 49 rue du Châtelain, 1050 Bruxelles. Mardi et du jeudi au dimanche de 11h à 18h, jeudi jusqu’à 19h30.