Le grand labyrinthe de Jan Fabre

GUY DUPLAT Publié le - Mis à jour le

Arts et Expos

RENCONTRE

Le 24 octobre, le mystère opaque devrait être levé sur la grande oeuvre commandée par la reine Paola à Jan Fabre (et à Marthe Wéry et Dirk Braeckman). Comme nous l'avons déjà signalé, l'artiste anversois a réalisé pour une salle du Palais royal tout un plafond en insectes. Mais on n'en sait pas plus, le secret reste total.

En attendant, ceux qui rêvent de découvrir son travail de plasticien se rendront à Gand pour la grande rétrospective de l'oeuvre dessinée et filmée de Fabre. `C'était un de mes grands désirs, nous dit-il. C'était une promesse que je lui avais faite´ ajoute Jan Hoet, fondateur du Musée d'art contemporain de Gand, qui a mis deux ans pour réaliser ce projet. `L'an prochain, je ferai la même chose avec Jacques Charlier.´`Je n'ai pas montré les sculptures et les scarabées, continue Jan Hoet, car on vient de les voir à Anvers. Et parce que Fabre est avant tout un dessinateur, même dans son théâtre où les corps qu'il met en scène sont comme dessinés dans l'espace. Ses films aussi sont des dessins en lumière.´`Je montre entre autres mes premiers films, explique Fabre, 44 ans, ceux que je réalisais en super 8, de façon artisanale en coupant et en collant. J'ai aimé cela. J'ai mis ensemble les dessins, petits, et les films, très grands.´

Les deux compères se connaissent depuis plus de vingt ans et sont assis tous les deux au bar du Smak, après avoir fait visiter l'expo à tous les futurs guides.

Celle-ci occupe tout l'étage du Smak, et se présente comme un labyrinthe (un résultat garanti, car en visitant nous nous sommes perdus plusieurs fois ! Vingt-cinq cellules montrent soit des films (une vingtaine) soit des séries de dessins, datant de toute l'oeuvre de Jan Fabre (1978-2002). Certains n'avaient jamais été montrés.

Un labyrinthe

`Le labyrinthe est ma stratégie, explique Fabre. C'est comme quand on entre dans un corps humain, dans l'Autre, pour s'identifier à lui. On ne pense pas à trouver la sortie mais bien à entrer dedans. Et le kaléidoscope est ma dramaturgie. Vous connaissez ce jouet des enfants où tous des bouts de verre s'assemblent joliment sous la lumière. Moi, aussi j'organise ces cellules d'exposition dans une grande cellule comme un kaléidoscope. Le labyrinthe n'est pas le chaos, mais c'est au contraire mathématique, il représente le corps humain.´

Les dessins exposés reprennent tous les grands fantasmes de Jan Fabre: le monde des insectes (il est le petit-fils de l'entomologiste français Jean- Henri Fabre), le sang, le corps disséqué par le désir comme dans ses entrailles. Jan Fabre dessine sans cesse. Gand montre tout un choix depuis sa prime jeunesse jusqu'aux travaux les plus récents: dessins au stylo à bille bleu, dessins avec son propre sang ou avec le sang des règles d'une amie ou encore avec du sperme. Une très belle série est présentée, réalisée lors d'une performance (Fabre est l'homme des `performances´) à Lyon l'an passé quand recouvert d'une armure avec une tête de mante religieuse, il a écrit pendant des heures avec son propre sang qu'il ne cessait de perdre...

Pourquoi ce sang ? `Le sang est le signe de la naissance comme de la mort, dit-il. Dans nos sociétés, on a chassé, éliminé, la mort, elle est un tabou. Ecrire avec son sang, c'est une forme de Body Art telle que je la voyais quand j'étais petit chez les primitifs flamands dont les tableaux ruissellent souvent de sang. Le sang est aussi celui qu'on trouve sur des carapaces de tortues comme dans les oracles anciens qui décidaient de la guerre. ´

Jan Fabre: un monde onirique, d'images superbes, de fantasmes, un monde souvent intellectuel, parfois morbide. L'artiste voit-il une continuité dans toute son oeuvre? `Quand je revois l'ensemble, je constate qu'il y a des artères qui se sont multipliées, mais qu'il y aussi des veines qui se sont taries´.

L'exposition ira ensuite à Lyon, Bergame et Barcelone.

© La Libre Belgique 2002

GUY DUPLAT

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    La collection Vanhaerents ouvre son riche dépôt fascinant

    Chaque fois qu’on retrouve la collection de Walter Vanhaerents installée en plein Bruxelles on se dit qu’il est ici le musée d’art contemporain réclamé déjà par Marcel Broodthaers il y a 35 ans mais jamais réalisé. La collection Vanhaerents est la ...

  2. 2
    Vidéo
    Record pour un tableau de Magritte: voici le montant auquel "Le principe du plaisir" a été vendu à New York

    Un tableau de René Magritte, adjugé 26,8 millions de dollars, a nettement battu lundi le record aux enchères pour le peintre belge, lors d'une vente de la maison Sotheby's au deuxième jour des enchères d'automne de New York. "Le principe du plaisir" ...

  3. 3
    Nos chefs d’oeuvre du Moyen-Age mieux protégés

    L’exposition se termine par un mur entièrement couvert de 900 photos. Ce sont quelques-uns des trésors du Moyen Age volés dans nos églises et autres lieux. Une perte irréparable. Pour mieux protéger nos chefs d’oeuvres et empêcher qu’ils soient ...

  4. 4
    Pari risqué mais réussi pour Independent Brussels

    La foire d’art contemporain bruxelloise se visite au Vanderborght. La foire d’art contemporain d’origine américaine implantée à Bruxelles a décidé de se décaler par rapport à la période printanière d’Art Brussels et des foires satellites de ...

  5. 5
    "Le Principe du plaisir", de René Magritte, adjugé près de 24 millions d’euros

    Un tableau de René Magritte, adjugé 26,8 millions de dollars (23,4 millions d’euros), a nettement battu lundi le record aux enchères pour le peintre belge, lors d’une vente de la maison Sotheby’s au deuxième jour des enchères d’automne de New York. ...

cover-ci

Cover-PM