Arts et Expos La Région bruxelloise a racheté le bâtiment pour y mettre son musée d’Art moderne.

La Région de Bruxelles Capitale est arrivée à un accord avec le groupe automobile PSA pour racheter l’immeuble emblématique Citroën, inscrit depuis le début du XXe siècle sur les bords du Canal. Objectif : y installer le futur Musée d’Art moderne et contemporain. Exit donc les autres solutions qui avaient été envisagées par le Fédéral et la Régie de bâtiments, parmi lesquelles le parc du Cinquantenaire.

"Le processus a été lancé avec PSA il y a un an", a confirmé Rudi Vervoort, ministre-Président de la Région, mercredi au Mipim (Marché international des professionnels de l’immobilier). Nous les avons convaincus de rentrer dans un projet à vocation culturelle." "Pas besoin de faire l’étalage des enjeux culturels, touristiques et d’emplois d’un musée, a-t-il ajouté. Auxquels s’ajoute un enjeu urbanistique puisque ce bâtiment s’intègre dans le Plan Canal bruxellois. Mieux, sert de lien entre les deux rives. Et un enjeu logements. Le bâtiment court en effet sur environ 45 000 m2, or un musée digne de ce nom doit s’étendre sur 15 000 à 18 000 m2." Le solde sera donc dédié à du logement.

Deux ans pour réaliser les études

En pratique, le groupe PSA quittera son immeuble-phare début 2017, pour s’installer non loin, dans le nord-ouest de Bruxelles. Le terrain a été bien entendu identifié, dans le projet TACT appartenant au Port de Bruxelles, derrière Tour & Taxis. "C’est l’occasion pour nous de nous repositionner à proximité, dans un bâtiment à construire de 17 000 à 20 000 m2, dans lequel nous développerons la présence commerciale de nos trois marques. Tout en créant un partenariat avec la Région pour poursuivre l’héritage ‘Citroën’, a expliqué Marine Domergue, représentante du groupe PSA. On a évoqué avec l’acheteur la pérennisation de Citroën sur les lieux, mais aucune option précise n’a encore été prise." L’immeuble n’est pas classé, mais vu le statut de son nouveau propriétaire, "cela n’apportera sans doute pas grand-chose de plus, a renchéri Rudi Vervoort. Et pour nous, cela restera le bâtiment Citroën…"

Début 2017, cela donne un délai de presque deux ans à la Région pour faire les études nécessaires du type programmation et contraintes techniques, et lancer en parallèle les nécessaires réflexions muséales.

A noter que la Région acquerra l’immeuble via la SAF (Société d’acquisition foncière), précisément recapitalisée il y a peu pour permettre justement cette acquisition. "A l’avenir, cette structure pourrait devenir l’opérateur immobilier de la Région", a ajouté Rudi Vervoort qui n’a pas communiqué le montant de la transaction. Et de rêver d’une inauguration du nouveau musée avant la fin de la législature.Charlotte Mikolajczak, au Mipim