Arts et Expos

"Tout le monde est égal devant le slip". Voilà, en forme de boutade, l'idée prônée par l'artiste provocateur belge Jan Bucquoy, héritier du surréalisme, qui relance un musée à Bruxelles consacré aux sous-vêtements de personnalités. A l'entrée d'une petite galerie du quartier populaire des Marolles, une plaque dorée porte l'inscription officielle "Musée du slip". Dans la vitrine, des sous-vêtements sont exposés à l'intérieur de cadres. En évidence: un caleçon rayé bleu et blanc attribué au ministre des Finances, Didier Reynders.

A côté, un string de l'ex-star du porno français Brigitte Lahaie, épinglé sur une affiche de l'un de ses films. Suivent, des sous-vêtements de l'acteur du "Grand Bleu" Jean-Marc Barr, du présentateur de télévision français Guillaume Durand, du directeur du théâtre parisien du Rond-Point Jean-Michel Ribes, ou encore du complice de l'artiste et agitateur belge Noël Godin, célèbre pour ses jets de tarte à la crème sur des personnalités.

"Slip porté par Noël Godin le samedi 18 mars 2006 au salon du Livre de Paris de la Porte de Versailles, lors du septième entartement de Bernard-Henri Lévy", précise une note. Toutes les "pièces" sont accompagnées d'un certificat d'authenticité. Dans une salle voisine, sont exposés des collages de l'artiste, portraits de personnalités dont il couronne la tête de vrais sous-vêtements. Parmi ceux-ci, le roi des Belges, ou le président français Nicolas Sarkozy affublé d'un slip bleu-blanc-rouge rappelant le bicorne de Napoléon.

Auto-proclamé conservateur du musée, Jan Bucquoy, barbu jovial en tee-shirt orange, accueille les invités en leur offrant un verre de bière. Il se félicite de ses nouvelles "acquisitions", dont, outre celle du ministre des Finances, un sous-vêtement de la ministre de la Culture de Belgique francophone Fadila Laanan. Celle-ci fait irruption dans la galerie à ce moment là. "C'est beau hein, j'adore", s'amuse-t-elle.

"Le musée du slip, c'est une vieille idée, que j'ai lancée il y a 25 ans, et de temps en temps je la reprends", explique Jan Bucquoy. Il avait ouvert de manière éphémère un musée sur ce thème à la fin des années 1980. En demandant des slips à des célébrités, puis en les exposant, l'artiste dit vouloir "promouvoir l'égalité, la fraternité, la liberté". Car "quand on enlève le slip, l'inégalité disparaît", et tous les hommes et toutes les femmes sont égaux, dit-il. "En même temps, c'est une expérience surréaliste", ajoute-t-il.

Agitateur touche-à-tout, Jan Bucquoy n'en est pas à son coup d'essai. Réalisateur de cinéma, notamment de "La Vie Sexuelle des Belges", il est aussi écrivain ou auteur de bandes dessinées, dont une parodie pornographique de Tintin, qui lui a valu d'être poursuivi par la veuve d'Hergé. Il est également connu en Belgique pour ses interventions provocatrices, comme l'organisation tous les 21 mai d'une tentative de "coup d'Etat" burlesque contre le Palais Royal à Bruxelles. Le trublion a déjà lancé aussi un musée itinérant de la frite dans les années 80, ou un musée de la Femme au début des années 90, dans lequel il demandait à des femmes de venir s'exposer.

Avec son "musée du slip", il dit maintenant avoir des projets en Grande-Bretagne et en France, où une exposition commencera dans une galerie parisienne en novembre. Jan Bucquoy veut aussi demander des sous-vêtements à "toute une liste" de personnalités françaises, dont la femme du chef de l'Etat, Carla Bruni-Sarkozy.

Le musée du slip de Bruxelles, inauguré jeudi, sera ouvert tous les week-end de 10h30 à 17h (36 rue des Renards, 1000 Bruxelles).