Arts et Expos

Deux appels d'offres internationaux concernant l'aménagement du lieu de la bataille de Waterloo ont été publiés vendredi. L'un cherche à réhabiliter le site et le doter d'un Centre d'interprétation. L'autre entend lui trouver un exploitant. Les concessionnaires seront sélectionnés en décembre. Les appels d'offres ont été lancés tant en Belgique qu'à l'étranger. Mais ils sont si exigeants que, selon le président de l'Intercommunale Bataille de Waterloo 1815 Yves Vandercruysen, une dizaine de candidats devraient, au mieux, se manifester. Parmi eux pourraient figurer des groupes belges, comme Paradisio ou Meeûs (Mini-Europe), mais aussi des candidats étrangers comme Tussaud ou Grévin, notamment.

Géré par le Commissariat général au Tourisme, l'appel d'offres pour réhabiliter les environs de la butte du lion est assez précis. Outre un centre d'accueil de 700m, il prévoit la construction d'un Centre d'interprétation pour 600 visiteurs/heure, organisé en trois parties et desservi par des moyens interactifs spectaculaires. Deux espaces de «pré-show» et «show» y accueilleront chacun 200 personnes à la fois. Une aire de «post-show», pour 400 personnes, terminera la visite. Le contenu de ces espaces sera déterminé par l'auteur de projet et par un scénographe.

Selon Yves Vandercruysen, ce schéma correspond à ce que l'on trouve sur la plupart des grands sites historiques internationaux: un lieu de préparation qui instruit le visiteur. Un espace de spectacle où l'événement est présenté à l'aide d'effets spéciaux. Et une partie muséologique et ludique pour déambuler après le show.

L'appel d'offres précise que, de ce lieu, une liaison couverte, en sous-sol, sera assurée avec le Panorama de la bataille. Ce qui laisse entendre que le futur Centre pourrait se situer largement sous terre, notamment sous la route de la butte du lion.

Quatre espaces de restauration sont aussi prévus. Ils comprendront une brasserie pour 150 convives, un self-service de 250 places, une sandwicherie et un restaurant de groupe pour deux autocars, soit 140 personnes. Des espaces de séminaires pour deux fois 30 adultes sont aussi envisagés.

L'exploitant

L'exploitation de tous ces lieux par un concessionnaire privé unique fait l'objet d'un deuxième appel d'offres, géré par l'Intercommunale. Celui-ci précise que l'exploitant aura aussi à prendre en charge le volet scénographique des travaux d'aménagement du Centre d'interprétation, le gros-oeuvre étant assumé par la Région wallonne. Ce concessionnaire ne percevra pas de rémunération des autorités concédantes, mais aura un droit exclusif sur les recettes d'exploitation. Une partie de celles-ci (au moins 360000 euros/an) devra être rétrocédée à la Région et à l'Intercommunale. En effet, c'est la Région qui a racheté l'ensemble des bâtiments du hameau situé au pied de la Butte, et en sera pleinement propriétaire dès le 1er janvier 2004. C'est elle qui financera aussi une partie des travaux. L'Intercommunale, de son côté, restera propriétaire des sites historiques.

L'attribution de ces deux marchés se fera dans le respect du caractère historique et patrimonial des lieux. Un comité d'experts scientifiques, réuni en juin dernier, a baptisé le site «Waterloo ou la force de la mémoire» et a souligné le rôle de la bataille dans l'émergence d'une conscience européenne. C'est en ce sens que seront pensés les nouveaux aménagements. Si le concessionnaire sera connu dès 2004, les permis de transformations de bâtiments, situés en zone classée, prendront plus de temps. Une reconstitution de la bataille est prévue en 2005, mais les grands travaux ne devraient débuter qu'en 2007 et se terminer vers 2011.

© La Libre Belgique 2003