Arts et Expos Le Musée Zervos à Vézelay nous ouvre au Calder plus secret.Roger Pierre Turine A Vézelay (France)

C’est un lieu commun de dire que Calder fut un enchanteur. il n’y a qu’à revoir les films où, sous le charme, on le voit manipuler de ses grosses mains les acrobates de son "Cirque" ou créer ses gouaches en s’armant de couleurs amoureusement sélectionnées dans ses pots de peinture. Des films à voir en contrepoint d’une exposition qui allie le bonheur de la découverte à celui de se profiler dans l’ombre d’un artiste aux dons de soleil permanent.

L’invitation du Musée Zervos, du nom de celui qui fut écrivain et éditeur des "Cahiers d’art", superbes volumes consacrés aux grands de l’avant-guerre, de Matisse ou Picasso à Calder, est d’autant plus à saisir que le lieu, sis dans une belle bâtisse de la rue des Ecoles que protège, du haut de sa grandeur, l’inoubliable basilique Sainte-Madeleine, joyau de l’art roman, fut un repère d’artistes et de poètes.

Habitée par l’écrivain Romain Rolland, elle fut centre de réflexion et d’action, alors que, dans sa ferme du bas du village, Zervos vit défiler chez lui Aragon, Eluard, Prévert, Calder ou Picasso, tant d’autres aussi.

Trésors et autres

Dans le musée sont préservés les trésors de Zervos. Pièces antiques des Cyclades, des Grecs, d’Egypte, Dogon du Mali; la collection complète de ses Cahiers d’Art; des lettres et poèmes d’Eluard; des céramiques et tableaux de Picasso; deux statuettes lilliputiennes et magiques de Giacometti; et puis des toiles d’Hélion, Kandinsky, Hartung, Ernst ou Hadju, des bois de Masereel, et même un dessin d’arbre de Chateaubriant.

C’est au milieu de ces merveilles et sur tous les étages de la maison, des caves voûtées au grenier, que Daniel Abadie, commissaire bien connu et apprécié, a disposé les gouaches et estampes d’Alexandre Calder (1898-1976).

Le génial Américain, qui vécut longtemps en France, à Saché, s’est d’abord fait connaître par ses sculptures en fil de fer, fruits d’une connivence entre un artisan habile et le poète inspiré qui leur insufflait vie.

Plus tard, influencé par les couleurs et géométries primaires de Mondrian, il créa des mobiles, puis des stabiles qui défiaient avec superbe et aisance l’espace et les vents.

Face à la basilique

Un "Stabile-Mobile" offert par Calder à sa petite ville d’adoption, Saché, orne, le temps de l’expo, la place qui donne sur la basilique de Vézelay. Une rencontre opportune entre un patrimoine de l’humanité et la création universelle d’un sculpteur d’exception.

A Saché, Calder avait qualifié de "Gouacherie" l’ancienne porcherie où il réalisait ses gouaches. D’où le titre de cette exposition originale : "Calder à la Gouacherie". Soixante-cinq de ses gouaches et estampes, prêts de collections privées, et quatre pièces de la collection du Centre Pompidou confèrent à cet accrochage assez inédit un air de fête et de couleurs à tous vents qui réjouissent tant l’âme.

Présent au vernissage, Daniel Lelong, qui fut l’ami et le marchand de Calder, était aux anges, se rappelait avec émotion les moments de franche joie partagés avec un Calder si bon vivant.

Soleils, masques et formes endiablées, les peintures sur papier de Calder enchantent l’espace et Abadie a su nous les rendre familières par une disposition simple mais admirablement ajustée.

Musée Zervos, 14, rue Saint-Etienne, 89450 Vézelay. Jusqu’au 31 octobre. Catalogue. Infos : www.musee-zervos.fr