Les riches heures de Marie-Jo Lafontaine

ROGER PIERRE TURINE Publié le - Mis à jour le

Arts et Expos envoyé spécial à Angers

Grande dame de l'art belge et de la création internationale contemporains, Marie-Jo Lafontaine (Anvers, 1950) n'a sans doute jamais porté aussi haut sa prescience du combat quotidien, qu'il appartient à l'homme de mener envers et contre tout. Dans des espaces reconvertis par elle en aires de combat, de corps à corps avec cette vérité qui la taraude, l'artiste a posé son lot de bombes, autant de fleurs redoutables sous les épines. Pas question de jouer au chat et à la souris avec cette angoisse aux basques qui nous ronge le dedans sans plus, jamais, nous laisser respirer. Si l'air libre n'est plus de ce monde, la peur s'affirme à fleur d'épiderme. Elle est question, répétée d'image en son, de peinture en sculpture, boucle sans fin d'un mal-être omniprésent.

Dès l'enfance ? Plus que jamais électron libre, Lafontaine tance l'adversité, règle la note aux faux-fuyants, s'inscrit en faux contre ce qui flatte et abuse. A l'aide de photos d'adolescents aux visages juvéniles détachés sur fonds de couleurs acidulées, à l'aide de vidéos brassant les lieux communs de la vie comme autant de violences, tantôt exacerbées et tantôt alanguies, Lafontaine sculpte, dépeint présents et lendemains sans aménité.

Gardiens du Jeu

Au Musée Jean Lurçat de la Tapisserie contemporaine, Lafontaine nous rappelle qu'en 1977, elle obtenait le Prix de la Jeune Peinture belge pour une suite de tapisseries monochromes noires, porteuses de cette propension à la sérialité qui la caractérisera aussi. Au prix de verticales tendues et diverses, l'artiste nous intimait à la marche en avant, debout. A l'audace et à l'innovation, qui aiguisent les prises de conscience. A leurs côtés, deux sculptures monumentales, en plâtre et matériaux divers, solides sur leurs bases, grises dans la grisaille du monde. Emblématiques de matins du monde, réajustés pour la cause d'un XXe siècle alors déjà à court de valeurs. Le parcours est musclé, sous tension, sans bavure, rythmé par des oeuvres ciblées. On se rend compte de suite de quel souci de qualité et d'impact se prévaut l'artiste. Lafontaine traque l'approximation, la tache, l'image de trop. Son souci : la vie telle qu'elle est et gesticule, et son rendu efficace, brûlant, plastiquement parfait. "Come to me !"

En cette partie chronologique, les accents d'une femme qui, à la suite de Pessoa, clame, sans élever le ton : "Ivre d'éternité, j'oublie la futilité de ce monde." Or, comment l'oublier mieux qu'en la fustigeant, forte d'un second credo : "L'Histoire est contre le pardon" ! Ciels et images de guerre et désolation, premières photographies à prédelles monochromes rouges, "Savoir, retenir et fixer ce qui est sublime". Regards jeunes en noir et blanc, face caméra. Visages en trois dimensions, tant Marie-Jo les soumet à sa détermination : marquer les esprits. Long travail d'approche, de patience, de compréhension, d'expression. Détendre le modèle, l'aider à rentrer en lui sans se figer ni forcer, être lui, rien d'autre. Acuité des regards, tension des maintiens, profondeur déterminée, naturel, simplicité.

Identité chérie

La série de photos "Kinder der Ruhr", celle des "Bains de Saint-Josse", les vidéos "Passio" et "Dark Pool", puis, récentes, trois compositions monochromes aux couleurs franches : "Nordzee", " Bagdad day by day", " Sunny Side up"; entre doute et espoir, lucidité et brûlure, Lafontaine varie rythmes et accents. Entrons en communion avec les vérités du temps et d'un espace que l'avidité des hommes réduit à peau de chagrin. Etre soi. Avec elle, la question de l'identité règle tout le temps la note. Au Musée des Beaux-Arts d'Angers, Lafontaine abat ses cartes plus actuelles. "Dreams are free !". Oui, mais... "Kontrol Station 783 BDF 901 Here you Are". Conviés à nous mouler, corps et biens, dans l'exposition, nous voilà contrôlés par vidéos et miroirs. Pièces pourtant rapportées d'un ensemble qui nous ressemble. "La liberté est au bout de la peur". Entrons dans la danse. Gueules à masques de singe ou de moutons, de loup, de chat, regards aigus sur fonds de villes tentaculaires, "Les Fables de La Fontaine" précèdent 21 tableaux monumentaux pétris dans une sincérité à l'avenir incertain. Ses "Babylon Babies", paraissent sculptés dans la peau vive.

Le clou

Plus loin, réalisée de concert avec Todor Todorov, "The World starts every minute !", clou de l'expo et oeuvre totalement inédite, est une installation sonore acousmatique relayée par treize haut-parleurs coniques colorés, répartis dans un espace clos. Lafontaine y orchestre les sons. Sculpte les rires et les bruits du monde. L'angoisse et l'espoir. Voix enfantines et voix d'or. Cris déchirants, pas qui martèlent le vide. Et tension à son paroxysme pour une apothéose dédoublée quand, du "Jardin d'enfants", suite de frimousses rieuses à perte de vie, à l'installation vidéo "Jeder Engel ist schrecklich", un monde se déchire, bascule entre innocence et violence, sourires et incendies à perte de vue.

Inutile miracle

Mission combien accomplie pour Marie-Jo Lafontaine, attendue de pied ferme à la Porte de Hal et au Botanique, courant 2008. A Angers, le maire se félicitait d'une exposition de son temps et pour notre temps. Commissaire, Christine Besson était aux anges. L'art est un miracle, d'autant plus fort et beau qu'il est rare, obsédant, bouleversant, urgent et, dit-on, inutile !

ROGER PIERRE TURINE

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    La collection Vanhaerents ouvre son riche dépôt fascinant

    Chaque fois qu’on retrouve la collection de Walter Vanhaerents installée en plein Bruxelles on se dit qu’il est ici le musée d’art contemporain réclamé déjà par Marcel Broodthaers il y a 35 ans mais jamais réalisé. La collection Vanhaerents est la ...

  2. 2
    Vidéo
    Record pour un tableau de Magritte: voici le montant auquel "Le principe du plaisir" a été vendu à New York

    Un tableau de René Magritte, adjugé 26,8 millions de dollars, a nettement battu lundi le record aux enchères pour le peintre belge, lors d'une vente de la maison Sotheby's au deuxième jour des enchères d'automne de New York. "Le principe du plaisir" ...

  3. 3
    Le Belge Chris Dercon dirigera le Grand Palais

    Nomination prestigieuse et délicate à Paris pour le Belge, ex-directeur de la Tate Modern. Le conseil des ministres français a nommé ce mercredi matin le Belge Chris Dercon à la présidence du Grand Palais-Musées nationaux à Paris: un ...

  4. 4
    Nos chefs d’oeuvre du Moyen-Age mieux protégés

    L’exposition se termine par un mur entièrement couvert de 900 photos. Ce sont quelques-uns des trésors du Moyen Age volés dans nos églises et autres lieux. Une perte irréparable. Pour mieux protéger nos chefs d’oeuvres et empêcher qu’ils soient ...

  5. 5
    Pari risqué mais réussi pour Independent Brussels

    La foire d’art contemporain bruxelloise se visite au Vanderborght. La foire d’art contemporain d’origine américaine implantée à Bruxelles a décidé de se décaler par rapport à la période printanière d’Art Brussels et des foires satellites de ...

cover-ci

Cover-PM