Arts et Expos

Les installations de l'artiste belge contemporain Michel François ouvrent au Musée des Beaux-Arts de Lausanne une suite de trois manifestations nommées "Hespérides". Cette référence au verger mythologique accompagne "Lausanne Jardins 2009", qui débutera le 20 juin.

Dès vendredi, les visiteurs du Palais de Rumine pourront notamment admirer "Pièce à conviction", une grande installation de Michel François. Cette oeuvre a pour point de départ les chaussures d'un clandestin mexicain pincé à la frontière américaine, dont les semelles avaient été transformées pour laisser des empreintes de vache, explique le Musée des Beaux-Arts.

Né en 1956, Michel François habite à Bruxelles. Son oeuvre multiple et complexe intègre tous les médias - photographie, sculpture, vidéo, installation - au service de thématiques touchant à la vie dans tous ses états, indiquent les organisateurs. Chez Michel François, tout est en transformation, tout est réversible. L'exposition "Hespérides I" n'occupe qu'une partie du Musée des Beaux-Arts. Des travaux au Musée de zoologie voisin imposent la fermeture jusqu'en juillet d'une partie de l'espace. En contrepartie, les Beaux-Arts débordent dans le grand hall de Rumine. Une installation commandée à l'artiste français Jacques Vieille y sera visible jusqu'à la fin du cycle d'expositions.

Après ce premier volet, qui s'achèvera le 15 mai, le Musée des Beaux-Arts organise "Hespérides II", un mini-festival de performances du 28 au 30 mai. "Hespérides III. Retour à Eden", du 19 juin au 6 novembre, sera consacré aux collections du musée.