Arts et Expos

A l’étranger

Roy Lichtenstein

Une grande exposition à Londres (avant Paris) montre que Roy Lichtenstein est plus qu’un peintre qui agrandit des cases de BD. Le plus célèbre des artistes du Pop art américain avec Warhol, était aussi un penseur de l’art, un chercheur, le plus intellectuel de la bande. (G.Dt)

"Lichtenstein : la rétrospective". A la Tate Modern jusqu’au 27 mai. Ensuite, au Centre Pompidou du 3 juil au 4 nov.

Eileen Gray

Le Centre Pompidou retrace, dans une grande expo, l’ensemble de la carrière et de la vie de la designer et architecte Eileen Gray (1878-1976) pour redonner, sur cette femme fascinante, une vision globale, y compris ses rapports avec Le Corbusier. En 2009, son fauteuil aux dragons atteignit le prix complètement fou de 22 millions d’euros (G.Dt)

Eileen Gray, au Centre Pompidou à Paris, jusqu’au 20 mai.

Dans l’intimité de Ossip Zadkine

A Paris, l’atelier et la maison du sculpteur Zadkine ont retrouvé fraîcheur et jeunesse. C’est là que Zadkine (1890-1967) passa le plus clair de son temps, et des dizaines d’œuvres y témoignent de la diversité créatrice d’un homme qui s’attaqua au bois, au plâtre, au marbre, à la pierre. (R.P.T.)

Au Musée Zadkine, Paris VIe. Infos : www.zadkine.paris.fr

Sous influences

A Paris, à la Maison rouge, l’exposition "Sous influences" ausculte l’influence des drogues sur les artistes. Ceux qui en usent pour trouver l’inspiration (de Cocteau à Michaux), ceux qui en abusent et parfois en meurent. La drogue peut donner des visions, dit-on, splendides, lever les inhibitions et susciter la créativité, mais à l’atterrissage, on n’en trouve plus rien. Un étonnant, stimulant et décapant parcours. (G.Dt)

"Sous influences, arts plastiques et produits psychotropes", La Maison rouge, 10, bd de la Bastille, à Paris, jusqu’au 19 mai.

Manet et la vie

Epatante démonstration à Londres de la révolution picturale initiée à son insu et à l’encontre de ses rêves de gloriole par un Manet qui sut, mieux que quiconque avant lui, magnifier de pair forme et fond d’un tableau. Avec lui, le noir illumine, et la vie dépeinte devient une affaire de rapports formels et plastiques. (R.P.T.)

A la Royal Academy of Arts, Piccadilly, Londres. Jusqu’au 14 avril. Infos : www.royalacademy.org.uk

Des fleurs en hiver

L’exposition - qui se tient dans l’ancien atelier parisien devenu musée du peintre Eugène Delacroix - réunit peintures et dessins de l’artiste sur l’inattendu mais charmant thème floral, œuvres mises fort originalement en relation avec les sculptures du Belge Johan Creten et du Français Jean-Michel Othoniel. (C.L.)

Au Musée Eugène Delacroix, Paris. Jusqu’au 18 mars. www.musee-delacroix.fr

Koenraad Dedobbeleer

Significative et marquante expo solo en centre d’art pour ce jeune artiste belge qui interroge la sculpture actuelle en s’emparant de tout ce qui est à sa portée, une pierre autant qu’un objet banal ou design, une plante autant qu’une fontaine, pour les métamorphoser et les recontextualiser. (C.L.)

Au Crédac, à Ivry-sur-Seine (Métro 7, Mairie d’Ivry). Jusqu’au 31 mars. Infos : www.credac.fr