Arts et Expos La Fondation Cartier, à Paris, présente jusqu’en septembre "Autophoto". Une exposition réjouissante sur les relations entre photographie et automobile.

Dans le fond, ‘Autophoto de 1900 à nos jours’, c’est l’histoire de la photographie", commentait Bernard Plossu devant ses propres images à la Fondation Cartier à Paris. Certes, mais chacun voyant midi à sa porte, Alain Prost aurait pu rétorquer que c’est surtout une belle histoire de l’automobile. En fait, il faut le dire d’emblée, cette exposition est plus que la chronique de l’une ou de l’autre et c’est bien pourquoi elle est enthousiasmante.

Liberté

Si la chronologie de la photographie transparaît si bien au fil des cimaises, c’est que, depuis le début du XXe siècle, elle est elle-même un outil pour écrire l’histoire du monde. Et si les transformations de l’automobile nous semblent si intéressantes, c’est parce qu’elles reflètent les évolutions de notre société. Xavier Barral et Philippe Séclier, les deux commissaires de cette exposition, insistent d’ailleurs sur les relations entre la photographie et l’automobile. "Dès le début du XXe siècle, la voiture à permis la liberté et la photo l’a enregistrée", nous résumait Barral.

Au départ, bien entendu, il s’agissait de la liberté d’une classe privilégiée, comme en témoignent les images toujours étonnantes des courses et rallyes de la Belle Epoque prises par Jacques Henri Lartigue. Mais comme chacun le sait, avec le fordisme, l’American Way of Life va démocratiser tout cela au point d’organiser le monde autour de la voiture. Les clichés historiques rares de la croisière noire en Centre Afrique et de la croisière jaune en Asie - respectivement en 1924 et 1931 - mais aussi ceux des relevés des voies de circulation mondiales (sic) de Michelin nous montrent qu’il s’agit du monde au sens planétaire du terme.

Dantesque

...