Arts et Expos

Si l’on prend en compte que des artistes tels Bénédicte Henderick, Isabel Almeida, Léopoldine Roux, Bernard Gilbert, Maxime Brygo et d’autres en ont été les lauréats, le prix artistique de la Ville de Tournai n’a plus à démontrer son importance et la qualité de la sélection. Malgré une participation moins élevée cette année le jury a retenu onze candidats pour participer à l’exposition. Parmi eux, trois ont été primés.

Comme partout ailleurs, pas de tendance dominante et une grande variété de techniques chez ces jeunes artistes. Côté sculpture, on ne pourra manquer les volumes blancs aux intérieurs secrets de Hughes Dubuisson alors qu’en peinture deux des trois petites toiles de Benjamin Defossez auraient bien mérité un accessit car on se situe dans un air de peindre très actuel, proche d’un Doig, avec cette finesse et cette délicatesse qui rendent les sujets à la fois très présents et très irréels, proches d’un enchantement. Un nom à retenir assurément. On connaît et apprécie Virginie de Limbourg pour sa légèreté, sa souplesse, son esprit et sa belle liberté.

Côté installation on ne pourra pas passer à côté de celle vaste et bien suggestive, fragile puisqu’en tissus de porcelaine, de Charlotte Crepin alors qu’on retiendra pour le décalage et l’autodérision celle de Jérémy Tomczak. On prendra aussi attention aux linos de Nancy Van Reeth et aux diptyques de Geoffroy Bogaert.

Variété chez les trois lauréats. Le prix de la Maison de la Culture est attribué à un photographe, Ismaël Moumin dont chacun des trois clichés dégage une ambiance de retenue, de solitude dans une grande distance par rapport au sujet traité avec sobriété.

Le prix de la Wallonie Picarde décerné nécessairement à un artiste de la région, est allé à Damien Pairon pour un ensemble de vidéos qui pointent la violence sous ses diverses formes à travers des extraits de films montés d’une manière particulièrement dynamique, efficace par le rythme soutenu par le son et percutante par le traitement réservé aux images. Le phénomène insistant de répétition apporte toute la densité recherchée alors que la longueur des séquences dessert quelque peu le projet néanmoins de très bonne qualité.

Enfin le prix international de la Ville a échu méritoirement à Olivier Sonck pour l’ensemble de son installation en triptyque. De caractère minimal et conceptuel elle contient une forte présence émotive qui imprègne d’emblée le visiteur et le conduit à entrer dans l’intimité de l’œuvre.

Prix artistique 2010 de la Ville de Tournai. Maison de la Culture, bd des frères Rimbaut, 2, 7500 Tournai. Jusqu’au 10 juillet. Du ma au ve de 10h30 à 18h, sa de 9h à 16h.