Arts et Expos

Mécène des arts, Pierre Bergé a accumulé des trésors d’art pendant plus de cinquante ans. Ses différentes résidences étaient toujours remplies d’objets merveilleux. La fabuleuse semaine de la vente Saint Laurent sur les bords de la Seine, dans un Grand-Palais plein à craquer en février 2009, reste dans les mémoires de tous les amateurs d’art. Plus de 370 millions d’euros de chiffres d’affaires, en quelques heures, avec 730 lots : une preuve du génie de ces deux hommes qui achetaient sur des coups de coeur.

Bruxelles et Liège

Pour ce qui regarde la Belgique, nul doute que le sens des affaires de Pierre Bergé est à l’origine de la reprise de la salle de ventes des Beaux-Arts aux frères De Jonckheere et cela sous la saine influence de Me Frédéric Chambre, passé depuis chez Piasa. PBA avait son siège au Sablon. Un temps, la salle a ouvert une antenne à Liège face au musée Curtius, dans un hôtel de maître loué à La Mésangère. "C’était un personnage remarquable, d’une grande finesse, qui avait une réelle vision du monde", confie Albert Vandervelden qui a reçu Pierre Bergé dans sa maison de Fanson. Mais les chiffres ne suivant pas et Frédéric Chambre s’en est allé. Et la boutique a fermé en 2012.

Après une petite période de vide et la perte de plus de dix emplois, la salle de Pierre Bergé a réouvert un bureau aux étangs d’Ixelles et organise quelques ventes par an dans notre capitale, au Cercle de Lorraine, comme ce sera le cas en octobre prochain avec du mobilier scandinave. La présence est symbolique.

"Antoine Godeau devient président du groupe PBA et rien ne change" confirme Pierre Bergé&Associés de la voix de sa représentate auprès des médias Nathalie du Breuil "La maison de ventes poursuit sa route à Paris comme à Bruxelles".