Arts et Expos

Il s'agit d'une oeuvre stupéfiante. "Support", imaginée par le sculpteur Lorenzo Quinn (et fils d'Anthony Quinn), représente des mains qui sortent du canal pour soutenir un hôtel historique, le Ca'Sagredo. Créée dans le cadre de la Biennale de Venise, elle ne peut qu'interpeller, pousser à la réflexion...

Car le réchauffement climatique enfonce la cité portuaire graduellement dans l'eau. "Venise est une ville artistiques qui a inspiré des cultures millénaires. Pour que cela continue, il faut que les générations actuelles et futures réagissent", a expliqué Lorenzo Quinn à la galerie d’art contemporain Halcyon Gallery. Ces mains symbolisent donc la force créatrice, celle qui a bâti cette ville incroyable, et la force destructrice des êtres humains. "Les mains détiennent tant de pouvoirs : le pouvoir d’aimer, de haïr, de créer, de détruire. J'espère que mon œuvre attirera l'attention sur la catastrophe mondiale à laquelle nous sommes confrontés", ajoute-t-il.

Venise fait partie de ces villes directement menacées par le réchauffement climatique. La lagune s'enfonce de 10 cm par siècle. D'ici 2100, elle pourrait perdre encore 54 cm d'après les estimations de l'Unesco. La cité des Ponts a récemment dégagé un budget colossal (55 milliards d'euros) pour ériger 78 digues qui devraient permettre d'éviter la submersion annoncée. La sculpture engagée de Lorenzo Quinn sera visible jusqu'au 26 novembre.