Arts et Expos

C’est au Musée en Herbe, nouvellement installé rue de l’Arbre-Sec, à deux pas d’une Seine bien en eau, que Philippe Geluck, le chat beauté de ces dames, a posé son humour, ses réparties, ses coups de savate et son art de n’y pas toucher tout en ciblant astucieusement ses intervenants.

L’exposition cartonne et se voit prolongée de six mois pour cause de succès félin : 50 000 visiteurs les quatre premiers mois. D’où une aventure qui miaulera jusqu’au 2 janvier. Ne faites pas les fines moustaches, notre main au feu que vous y sourirez d’aise !

Geluck, on s’en serait douté, a toujours vécu dans l’art, auprès d’un père qui en était féru et inocula le virus chez ses deux fistons, Philippe et Jean-Christophe, ce dernier l’un de nos meilleurs graphistes et, depuis peu, plasticien en veine de débordements salutaires.

S’il démarra dans le métier avec des dessins qui firent la joie des coutumiers de feu l’Art Shop du palais des Beaux-Arts à Bruxelles, Philippe Geluck se mua soudain en tête d’affiche du rire bénéfique en inventant son gros chat d’aspect balourd et pourtant finaud côté cour.

Quarante ans

L’aventure ayant pris du galon et, plus que cela, ajustant ses petits sous forme de gadgets en tous genres, on peut dire que Geluck et son chat règnent sur notre imaginaire depuis près de quatre décennies. Et si nous avons du coup vieilli d’autant, lui se porte comme un charme, souris priées de s’abstenir.

(...)