Arts et Expos

Présentée au début de ce mois par Ikono chez Caravan’ Sérail, l’exposition "Overnight Generation" d’Italo Morales se trouve actuellement et en partie sur les murs de la librairie Hors Format (ex-Husson). A vrai dire, c’est une présentation "a minima" qui ne rend pas justice au livre éponyme qu’elle est venue épauler ici. Néanmoins les grands tirages ont au moins le mérite d’attirer l’attention sur la sortie de cet ouvrage étonnant à maints égards.

On notera d’abord qu’il a été financé par le système de "crowdfunding", une sorte de souscription lancée sur Internet. Tout à fait dans la manière d’une génération qui a compris que les éditeurs de livre photo ne les attendaient pas et qui a aussi compris la nécessité de créer une maquette de qualité pour une prévente optimale. C’est les cas de ce livre qui a d’ailleurs été primé plusieurs fois avant d’être imprimé. Pas banal.

En ce qui concerne le fond, ce travail nous parle de Sarajevo et plus précisément de cette génération née pendant la guerre et qui continue - contrairement à ce qui se dit - à vivre dans un climat de violence. Une violence plus subtile certes, mais une violence tout de même. Italo Morales parle avec justesse d’une génération "qui a dû grandir de nuit, pendant que nous dormions". Les images qui rendent compte de son quotidien donnent le sentiment d’une attente indéfinie, à jamais inassouvie. Un peu comme si la ville où cette jeunesse use son temps était condamnée à rester en marge, en quarantaine.

La suite des images se donne comme le scénario d’un film documentaire au plus près de la réalité banale avec des portraits en "insert". Plus que se répondre, les photos se cognent les unes aux autres. S’ajoute à cela une couche supplémentaire de pages transparentes prises en sandwich au milieu de ces collisions. Une métaphore de la lutte à laquelle la ville est confrontée constamment. Celle des souvenirs oppressants, de l’impossibilité de l’oubli et aussi de cette malédiction qui laisse des milliers de jeunes citoyens de Sarajevo chômeurs.

Manifestement Italo Morales, Vénézuélien basé à Bruxelles, diplômé en administration des affaires de l’Université internationale de Floride, bientôt doté d’une maîtrise en Journalisme et Photographie documentaire au London College of Communication, a réussi son pari. Celui de faire sentir sans intellectualisation superflue une réalité subtile et insaisissable. Ce nomadisme-là, tous azimuts et efficace, est en fait celui de la génération du Net, d’Erasmus et des billets d’avion à bon marché. Générationnel, on vous disait.

"Overnight Generation", photographies d’Italo Morales, textes de Federico Sicurella et Haris Selmanagic. Éditions Kettler, 127 pp., 30 €.

Exposition : Hors Format bookshop, 142 chaussée d’Alsemberg, Bruxelles. Rens. : www.horsformat.com