Arts et Expos

A la mi-avril, on dévoilait les noms des 4 finalistes du Belgian Art Prize 2019. Un jury avait sélectionné des artistes belges ou vivant en Belgique déjà bien reconnus et à mi-carrière: Sven Augustijnen (né en 1970), Koenraad Dedobbeleer (1975), Gabriel Kuri (né à Mexico en 1970) et le duo artistique Jos De Gruyter (1965) & Harald Thys (1966). Ils créeront de nouvelles œuvres qu’ils présenteront à Bozar en mars 2019. Le gagnant devait être désigné en avril 2019. Depuis 2017, l'ancien prix de La jeune peinture belge a été remplacé par ce prix qui veut donner une visibilité internationale aux artistes belges. En 2017, le premier de ces prix est revenu à l’excellente Otobong Nkanga.

Mais l’absence de toute artiste femme a suscité beaucoup d’émoi et une pétition, au point que les finalistes ont décidé de se retirer du concours. Ils s’expliquent dans le texte ci-dessous:

« La vague d’indignation soulevée par la sélection exclusivement masculine que nous constituons grossit de jour en jour. De nombreuses personnes continuent d’apposer leur signature au bas de la pétition postée sur change.org afin de marquer leur désaccord avec les valeurs qu'ils prétendent être celles du Belgian Art Prize au vu de la liste des lauréats.

La parution de cette pétition nous a valu quelques discussions passionnées et instructives, lors desquelles nous sommes cependant parvenus à ne pas perdre complètement de vue la question de l’art. Le débat public à plus grande échelle qui s’est ensuivi nous semble en revanche avoir atteint sa prévisible limite, nonobstant la règle de confraternelle bienveillance que d’aucuns ont scrupuleusement observée. Nous avons notamment été surpris par l’empressement avec lequel certains se sont emparés de l’étiquette à rallonge « mâles / hétéros / blancs / citadins / d’âge moyen » pour la manier comme un fouet, quand ce n’était pas pour nous la passer autour du cou.

Nous, cosignataires de ce texte, sommes convaincus qu'aucun des sept membres du jury n'a rendu son verdict à des fins discriminatoires. Sophie Lauwers, Kersten Geers, Bernard Marcelis, Michel Moortgat, Giuliana Setari Caruso, Philippe Van Cauteren et Sylvie Winckler sont des professionnels dont rien ne permet de mettre en doute la probité et la compétence.

Reste que ni nous, ni personne, ne devrait être mis dans la position d’avoir à défendre le bien-fondé de cette sélection. Nous, les artistes lauréats, avons accueilli le verdict du jury dans la perspective légitime que chacun d'entre nous serait jugé sur base de sa démarche artistique ou du contenu de son œuvre.

Nous ne pouvons que déplorer le glissement systématique de l’analyse du discours artistique ou du contenu - pour ne rien dire du mérite - vers la radiographie soupçonneuse des mâles blancs privilégiés auxquels certains voudraient nous réduire.

A nous, les nominés, il n’est finalement pas laissé d'autre choix que de nous retirer collectivement du prix afin que les questions de l'art et du mérite puissent être repensées décemment et remises au cœur du débat comme il se doit.

Loin de nous désintéresser des questions et des problèmes qui ont été soulevés, nous nous retirons afin que le débat puisse se poursuivre sans discrédit pour l'art, et afin que le prix puisse recouvrer sa dignité et sa valeur.

Nous avons des démarches très différentes et, sur bien des points, nos avis divergent. Mais le sentiment qu'en dépit de ces différences indéniables et nécessaires, nous avons eu et continuerons d'avoir entre nous comme avec ceux qui nous viennent en aide des rapports confraternels et amicaux, est tout aussi clair et déterminant. »

-> Signé: Sven Augustijnen, Koenraad Dedobbeleer, Jos de Gruyter, Gabriel Kuri et Harald Thys.