Arts et Expos

C’est un événement « mythique » de l’art contemporain car il n’a lieu que tous les dix ans: le « Skulptur Projekte » à Münster. 35 œuvres disséminées dans la ville veulent redéfinir l’art public aujourd’hui. Désarçonnant. On peut marcher sur l’eau, se faire tatouer, recharger son smartphone avec un feu de bois, voir proliférer un hall cancéreux !

Münster est une ville de 300000 habitants, au nord de Dortmund, à 3h30 de Bruxelles. Rasée pendant la guerre, elle a reconstruit son centre historique à l’identique, la transformant en une sorte de parc de Bokrjk. La ville est connue des amateurs d’art contemporain depuis 1977 pour abriter tous les dix ans, le « Skulptur Projekte », un parcours d’art public (tout est gratuit) dans la ville avec des oeuvres souvent destinées à rester ensuite (lire ci-contre). Donald Judd, Richard Serra, Dan Graham, Penone, Oldenburg, Buren, parmi d’autres, en furent et y ont laissé des sculptures.

Pour les artistes c’est un honneur d’y être invités pendant cent jours, en même temps que la Documenta à Kassel (à 2h de Münster). Depuis le début, les artistes sont choisis par le même homme, Kasper König, aidé d’autres commissaires (cette année, Britta Peters et Marianne Wagner).

Kasper König tient à ce rythme très lent même si la ville, heureuse d’attirer du public, voudrait raccourcir les délais. Il estime que dix ans permettent de mieux révéler l’évolution des pratiques artistiques.