Arts et Expos

Patrick Nothomb, le commissaire d'Europalia, aime répéter que selon l'Unesco, 50 pc du patrimoine mondial de l'humanité est en Italie. Les 33 expos tenteront de le démontrer une fois de plus, en sortant souvent des sentiers si souvent battus..

Aujourd'hui, s'ouvre «Une renaissance particulière. La cour d'Este à Ferrare» dont nous parlons longuement par ailleurs. Les expositions se succèderont ensuite à un rythme effréné. Samedi, s'ouvre à Anvers, au musée des Beaux-arts, une exposition sur l'art baroque à Anvers et Gênes avec une soixantaine de chefs d'oeuvre de Rubens, Van Dijck et les Italiens. Depuis un mois est déjà ouverte à Anvers au musée de la mode, la passionnante exposition qui mêle les tissus de Gênes et d'Anvers , d'hier et d'aujourd'hui à quelques beaux tableaux anciens. Semaine prochaine, deux grandes expositions à nouveau: Pompei au Cinquantenaire et «La Vénus d'Urbino» au Palais des Beaux Arts, une é é expo originale imaginée par Umberto Eco autour de cette oeuvre capitale de l'histoire de l'art. Pour l'art moderne, on aura ensuite Morandi à Bruges et les futuristes à Ixelles, la Transavanguardia et Staccioli à La Louvière. Giotto aura une réplique de la célèbre chapelle des Scrovegni à l'espace ING, place royale. En art contemporain, très présent, on attend avec intérêt l'expo Pistoletto au Muhka à Anvers et Ontani au Smak à Gand. Mais il y a aussi la photo, le design, l'architecture contemporaine et, à Mons, une expo sur les années 50 à Rome, «du néoréalisme à la Dolce Vita». (G.Dt)

© La Libre Belgique 2003