Arts et Expos

Considérer que l'oeuvre de Idel Ianchelevici rayonne davantage par la sérénité de ses approches que par ses audaces n'est pas faire injure à la mémoire d'un homme de bien ! Ianchelevici avouait une affection prononcée pour les scènes bucoliques, les tendresses, les regards amoureux, les quotidiens tranquilles et débonnaires.

Ode à la nature des choses, aux gestes simples, aux salutaires attendrissements, l'artiste roumain développa une oeuvre en accord constant et parfait avec sa conscience. A ce titre, son travail est un exemple de probité. Mais regardait-il la vie en face, ses contrariétés, ses dérives ? On peut en douter ou penser qu'il s'était fait un monde de charmes trop illusoires. Et, sur un plan plastique, inhérent à toute création artistique du meilleur niveau, il n'inventa rien ! En dessin, épousant la ligne claire, il traça, à l'encre et au crayon, des scènes et des portraits d'une limpidité exemplaire, hélas dénués de cette vigueur et, parfois, de cette exagération qui conforte le regard d'une valeur ajoutée. En sculpture, à une époque qui avait connu ses Brancusi (un autre Roumain), ses Giacometti, ses Moore, il persévéra dans une sorte de classicisme charmant, placide et désuet. (R.P.T.)

© La Libre Belgique 2003