Arts et Expos

Le bruit courrait depuis quelques temps et a été spectaculairement confirmé mercredi lors d’une conférence de presse commune de la maire de Paris, Anne Hidalgo, et du grand collectionneur d’art contemporain et milliardaire (13,9 milliards), François Pinault. Celui-ci va créer un nouveau musée à Paris pour présenter sa collection et organiser des expositions temporaires et de multiples évènements pluridisciplinaires (musique, théâtre, littérature, cinéma, programmes pédagogiques).

Ce musée sera installé dans l’ancienne Bourse de Commerce, près du Forum des Halles, un bâtiment du XIXe largement classé, avec ses fresques, situé sur l’ancienne Halle au blé. On le voit de loin, à côté des Halles, avec sa belle rotonde et sa grande coupole. Il est idéalement situé près du Centre Pompidou et du Louvre.

Le lieu couvre 13000 m2 dont 4000 m2 pour les expositions (davantage que les lieux à Venise). La ville de Paris cède le bâtiment à François Pinault pour 50 ans, à charge pour lui de le transformer, de payer le musée et de payer un loyer (15 millions d’euros la première année, moins ensuite). Au terme des 50 ans, le musée reviendra à la ville.

Tadao Ando

François Pinault a demandé à l’architecte japonais Tadao Ando de s’occuper de cela avec des architectes français pour un coût de cent millions d’euros. Tadao Ando avait déjà réalisé la rénovation des deux lieux de Pinault à Venise, le Palazzo Grassi et la Punta della Dogana, dans son style minimaliste magnifique. Les travaux débuteraient en 2017 pour une ouverture fin 2018.

Cette importante annonce intervient dix ans après la première implantation de la collection Pinault au Palazzo Grassi (pages précédentes). Pinault avait alors opté pour Venise après l’échec de son projet sur l’île Seguin à Boulogne-Billancourt, mais avait alors dit qu’un jour, il reviendrait à Paris.

Si en 2005, il ouvrait le Palazzo Grassi, en 2009, la Punta della Dogana et le Teatrino, et en 2015, une résidence d’artistes à Lens, il revient à Paris sans rien enlever de Venise où ses deux lieux continueront comme aujourd’hui. D’ailleurs, il a nommé à la tête de son musée à Paris le même homme que pour les lieux vénitiens : Martin Bethenod.

François Pinault voulait sans doute aussi venir à Paris compte tenu du succès qu’y connaît la Fondation Vuitton de l’autre grand collectionneur français d’art contemporain et milliardaire, Bernard Arnault.

Un autre point est essentiel dans cette annonce : François Pinault a confié à son fils François-Henri Pinault, 53 ans, président de Kering, la société faîtière du groupe Pinault, la présidence du Conseil d’administration du futur musée. C’est un gage très important pour l’avenir de la collection Pinault. Le milliardaire, vrai passionné d’art actuel, a 79 ans et jusqu’ici, la plus grande inconnue restait sur la pérennité de sa collection, ses enfants semblant peu intéressés. « Cet engagement à Paris relève ainsi, a souligné François Pinault, d’une démarche solidaire de plusieurs générations de membres de ma famille ». Il y a associé aussi sa femme, son autre fils et sa fille. L’avenir « pour plusieurs générations » semble donc assuré, au-delà d’un décès de François Pinault.