Arts et Expos

Houba hop ! Cette fois, ça y est : l'exposition "Le monde de Franquin" est ouverte au public depuis jeudi soir. Sans bévues ni boulettes, avec peut-être quelques gags en gros - certaines réalisations un peu gadgets - le principal mérite du parcours est de nous faire pénétrer dans les univers multiples du créateur du Marsupilami. A côté du clou que constitue la Turbot II et au milieu des inventions farfelues de Gaston (le bilboquet mécanique, la reine des cafetières, l'armure à souris...), on peut surtout contempler l'art du dessinateur. Attention, toutefois : comme dans la première version de l'exposition, à la Cité des Sciences de Paris, l'essentiel des planches se constitue de fac-similés.

Les puristes y trouveront à redire, mais ils auront de quoi se consoler dans "L'atelier magique" où l'on peut admirer, sur de vrais originaux cette fois, les silhouettes réalisées pour les hauts de page de Gaston ou les projets miniatures que Franquin réalisait pour les couvertures d'albums ou du magazine Spirou. Rareté : un "canon de 75" minuscules chanteurs entonnant "Frère Jacques". La prime expérience de Franquin dans le dessin animé transparaît dans le mouvement subtil de cette chorale. Et comment ne pas rester bouche bée devant le crayonné des 999 têtes de Spirou (plus un Gaston inopiné) pour le 1000e numéro de l'hebdomadaire ? Les "Doodles", marqués par l'esthétique des années 60 et 70, révèlent une facette méconnue de l'art de Franquin (il aurait été cocasse d'en réaliser une sculpture). Enfin, avant de quitter cette salle, on pourra aussi contempler les originaux noir et blanc des trente bandeaux titres de l'éphémère "Trombone illustré". L'émerveillement se poursuit dans "La chambre noire", avec des originaux des "Idées noires", où frappe le souci du détail maniaque d'un Franquin au sommet de son art.

Enfin, avant de conclure par la fameuse salle des mécaniques, le passage par la forêt palombienne, qui ravira les enfants, permet de découvrir les explications scientifiques du professeur Alain Quintart, chef honoraire du département Education et Nature de l'Institut Royal des Sciences Naturelles, dont un article attestant de la découverte du Marsupilami Franquini fut publié par la réputée revue britannique "Zoological Record" en 1989. Ou quand l'imaginaire et le gag font école.

© La Libre Belgique 2006