Arts et Expos

L'architecte Christine Conix avait promis, en décembre 2005, au début des travaux, un bâtiment «d'une architecture résolument contemporaine, mais qui rappelle l'Atomium, au niveau des matériaux notamment, et qui reste discret par rapport aux neuf boules». Pari réussi. Le pavillon d'accueil qui s'apprête à ouvrir ses portes, à côté de la sphère dite «de base» du célèbre monument, respecte l'architecture audacieuse de ce dernier, s'intègre parfaitement dans son environnement - «on n'est pas agressé, visuellement», se réjouit aussi Diane Hennebert, directrice de l'Atomium -, tout en présentant une combinaison d'espaces, de jeux de couleurs et de techniques qui l'ancrent dans le XXIe siècle. Son ossature est en acier, son revêtement extérieur en béton et en acier inoxydable mat. Il est entièrement vitré sur trois façades.

L'annexe conçue par le bureau d'architectes anversois est légèrement courbe, telle une aile ou un boomerang. Elle épouse - sans la toucher - la forme du pavillon (dit «galette») qui entoure la boule d'entrée de l'Atomium, respecte son échelle et s'ouvre largement sur lui - et au-delà, sur le site du Heysel - par le biais des baies vitrées. L'architecture, sobre et fonctionnelle, est marquée par le profil original, asymétrique du bâtiment. À l'intérieur, il se divise en trois longs espaces parallèles: hall d'accueil, module contenant les commodités (sanitaires, locaux techniques...) et couloir soulignés par des éclairages blancs et bleus qui lui donnent un petit air de navette spatiale - comme l'intérieur de l'Atomium. Côté accueil, le comptoir courbe (billetterie et boutique), habillé de verre turquoise, apporte une autre touche colorée à l'espace blanc et béton ponctué de lampes signées Ingo Maurer.

Dès le 1er juillet 2006, les visiteurs de l'Atomium seront reçus non plus dans la «galette» mais dans ce pavillon neuf «mieux adapté à leur accueil», se réjouit Diane Hennebert. La directrice rappelle qu'ils sont «parfois confrontés à des files d'attente d'une ou deux heures - qui ont d'ailleurs fait l'objet d'une vingtaine de plaintes écrites depuis la réouverture de l'Atomium». Depuis le 18 février, le monument, d'une capacité limitée, a attiré plus de 300.000 visiteurs... Avec, toutefois, une nette diminution de l'affluence cette semaine, qui devrait se maintenir jusqu'à la fin du mois de juin.

Il reste à réaliser l'accès au nouveau pavillon et, plus largement, la nouvelle esplanade de l'Atomium. Ces aménagements, conçus par Conix Architecten en collaboration avec la Ville de Bruxelles, devraient débuter en août et s'achever début 2007.

© La Libre Belgique 2006