Arts et Expos

La justice belge a indiqué samedi creuser une nouvelle piste pour retrouver le panneau du retable de l'Agneau mystique, chef d'oeuvre de l'art primitif flamand, volé il y a 80 ans dans la cathédrale de Gand.

Le parquet de Gand poursuit depuis l'automne dernier une enquête sur cette affaire après avoir été contacté en été par un historien, Paul De Ridder, affirmant que le panneau dit "Les Juges intègres" était aux mains d'une grande famille gantoise, a indiqué sa porte-parole Annemie Serlippens.

Cette indication a été considérée comme suffisamment importante pour rouvrir le dossier et "le juge d'instruction a entre-temps entendu un certain nombre de membres de cette famille mais n'a absolument aucune preuve concrète qu'elle possède le panneau", a affirmé la porte-parole, interrogée par la télé publique belge RTBF.

Elle confirmait ainsi une information de la télé flamande VRT qui avait présenté vendredi soir le témoignage de Paul De Ridder, peu avant l'anniversaire du vol commis dans la nuit du 10 au 11 avril 1934.

Mais cet historien se refuse à révéler le nom de la famille concerné, qui craint selon lui de voir sa réputation souillée, voire d'être poursuivie pour recel. Ayant reçu l'oeuvre par héritage, ses membres actuels n'ont "rien à voir avec le vol", a-t-il affirmé sur VRT.

D'autres enquêtes ont été déjà relancées sans succès par le passé sur ce vol, resté l'un des plus mystérieux de l'histoire de l'art.

Le retable de l'Agneau Mystique, achevé en 1432 par le peintre Jan Van Eyck, douze ans après les premiers coups de pinceau donnés par son frère aîné Huber, est en cours de restauration dans la cathédrale Saint-Bavon de la ville flamande, où il continue de drainer des milliers de visiteurs du monde entier.

Un second panneau volé en 1934 avait été rapidement retrouvé, via un intermédiaire anonyme. Le retable en compte 24 articulés, pour une hauteur de 4,4 mètres sur 3,4.