Arts et Expos

Le 57e édition de la Biennale de Venise s’ouvre ce samedi au public et fermera le 26 novembre.

Dirigée cette année par la Française Christine Macel, elle se veut un chant d’amour à l’art avec le titre « Viva arte viva ! »

A chaque édition, la Biennale s’étend : 82 pavillons nationaux, 120 artistes invités par Christine Macel, 28 événements « collatéraux ».

« Le lieu où trouver la force de résister »

C’est le Française Christine Macel, du Centre Pompidou, qui dirige cette 57e édition de la Biennale de Venise. Elle veut en faire une fête à la force des artistes face aux défaitismes, mais une fête qui pointe aussi les responsabilités de l’artiste. « Le monde d’aujourd’hui est rempli de conflits et de violences, dit-elle. L’art devient alors le témoin de la part la plus précieuse de nous-mêmes, celle qui nous rend humain. L’art est le dernier terrain pour la réflexion, pour la liberté d’expression, pour poser les questions les plus fondamentales. Il nous faut cultiver ce dernier bastion au-dessus des modes et des intérêts personnels. Il est le lieu où trouver des ressources, la force de résister et de combattre l’individualisme, le repli sur soi et l’indifférence. »

« La responsabilité des artistes est devenue dès lors très importante dans les débats actuels. C’est par leurs initiatives que le monde de demain, si incertain, peut le mieux prendre forme. »